Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 16:10
Grand-père

Ce livre est encore un récit. Il est écrit par Marina Picasso qui est la petite fille du grand peintre Picasso. Son enfance a été désastreuse et toxique. J'ai été un peu partagée en lisant ce livre, je pense qu'il fait partie de la catégorie des livres qui font plus de bien à l'auteur qu'au lecteur. Ce qui m'a un peu déplu c'est qu'avec ces pages on a un peu l'impression de passer du côté des voyeurs. Comme si vous étiez là, à regarder par le trou de la serrure, quelque chose qui ne vous regarde en rien. Il y a là l'amertume et la colère qui dérange et d'un autre côté il y a l'admiration pour Marina qui s'en sort d'une très belle façon. En effet j'ai trouvé la fin de cet ouvrage lumineuse et positive.
En préface une phrase de Picasso qui est une très bonne introduction pour la suite du livre :

" Pour faire une colombe il faut d'abord lui tordre le cou."

Premières lignes :
" On ne s'évade pas de Picasso. Je le sais. Je n'y suis jamais parvenue mais, à l'instant où tout à basculé, je l'ignorais encore."

Le livre commence par Marina adulte, qui craque un après-midi, alors qu'elle est au volant de sa voiture pour accompagner ses enfants à l'école. Elle a un malaise, suffoque, étouffe et stoppe sa voiture au beau milieu de la circulation. Au bout d'une demi-heure d'angoisse et de terreur elle parvient à se garer et a appeler à l'aide.
A partir de ce moment là elle comprend qu'elle ne s'en sortira pas seule et prend la décision de consulter, de voir un psy.
Son analyse durera quatorze ans...
Quatorze longues années où elle se battra contre ses démons et son mal être.

"Quatorze ans à me perdre dans mes larmes, à m'évanouir, à hurler, à me tordre de douleur, à remonter goutte à goutte le fil du temps, à revivre ce qui m'a détruite, à taire, à balbutier puis à exprimer tout ce que la petite fille puis l'adolescente avait été au plus profond d'elle-même... Ce qui l'avait rongée.
Quatorze ans de malheur pour tant d'années de disgrâce.
A cause de Picasso. "

Bien sûr on peux y lire de la haine et y voir un règlement de compte nauséabond mais ce n'est pas cela du tout. La suite vous le dira.
Et le livre tout entier tourne, finalement, autour de cette question là, qui me semble tout à fait pertinente :

" Les créateurs ont-ils le droit d'engloutir et de désespérer tout ceux qui les approchent ? Leur quête d'absolu doit-elle passer par une implacable volonté de puissance ? Leur oeuvre, fût-elle lumineuse, mérite-t-elle un aussi grand sacrifice de vies humaines ?"

Je trouve qu'elle pose là les bonnes questions... Et qui pourrait être, il me semble, relatives aux artistes en général.
D'autres diront aussi ; encore un livre sur la pauvre petite fille riche ! Et bien pas du tout. Marina Picasso et son frère ont vécu leur enfance dans la pauvreté, aussi incroyable que cela puisse paraître :

" Les jours après les jours, les semaines après les semaines, les mois après les mois... et toujours les vaches maigres. Faire attention à tout.
- Pablito, prends soin de tes vêtements, Marina, n'abîme pas tes chaussures. Pour le dessert, une banane pour deux.
Les repas irréguliers, les tartines sans beurre trempées dans le lait chaud, les oeufs brouillés à la pulpe de tomate, les pâtes sauce misère, le riz des sans-le-sou."

Le livre continue donc sur les souvenirs d'enfance de Marina.
Leur père, le fils de Picasso doit mendier pour avoir le droit de voir "le maître" :

" Mon père sonne à la grille. J'ai peur comme à chaque fois. Un bruit de pas, une clef que l'on tourne dans la serrure, et apparaît, dans l'entrebâillement d'un des vantaux de la grille, le concierge de "la californie", un viel Italien usé par l'âge et par la servitude. Il nous jauge du regard et dit à mon père ;
- Monsieur Paul, vous aviez rendez-vous à cette heure ?
- Oui, bredouille mon père.
Il a laché ma main pour que je ne sente pas à quel point la paume de la sienne est devenue moite.
- C'est bien, répond le vieux concierge, je vais voir si le maître peut vous recevoir."

Une enfance douloureuse pour Marina et son frère :

"Dès le départ, nos biberons ne contenaient pas du lait mais un venin que l'on nous distillait chaque jour davantage : celui de Picasso, de la puissance de Picasso, celui d'un surhomme qui pouvait tout se permettre et nous écrasait tous, celui de ce génie dont nous étions les otages. Comment se construire à travers de telles images ? Comment se sentir sereins devant un grand-père qui occupe tout l'espace ? Devant un père qui baisse l'échine ? Devant une mère qui, tout à l'heure, lorsque nous rentrerons, nous harcelera de  questions sur la "visite du siècle" à laquelle, bien sûr, "personne n'a voulu la convier" ?

Marina, parlant de son père :

"Aujourd'hui, je devine ses affres lorsqu'il venait affronter mon grand-père. Lui qui avait été adulé et choyé aux jeunes heures de sa vie, ne représentait plus grand-chose aux yeux de Picasso. Qu'était devenu "l'Arlequin" qui avait posé pour lui dans son costume en losanges jaunes et bleus, une ruche de tulle autour du cou ? Les inconditionnels de Picasso ont-ils remarqué à quel point cet "Arlequin" est triste sur la toile ? A quel point son regard mendie un peu d'amour ? A quel point, à l'époque, il savait qu'il ne devait pas grandir ?" 

 Picasso - Paul en arlequin[1] " Paul en Arlequin" Picasso

La seule à leur offrir l'affection dont ils ont besoin, Marina et Pablito, c'est leur grand-mère Olga. Une femme pour qui Marina a beaucoup de respect :

" Ma grand-mère Olga reste pour moi l'idéal des grand-mères, une sorte de magicienne qui avait le don d'aplanir toutes les difficultés, d'apprivoiser les démons de ma mère, de rehausser l'image de mon père, de nous apporter l'harmonie et le calme. Nous aimions le parfum de son eau de toilette, son accent mélodieux, ses gestes élégants, ses yeux pleins de caresses et son respect des autres. "
1917-1927-ballerina-Olga-Khokhlova--1891-1955--02-2-.jpg Olga peinte par Picasso

Quelle opinion avoir de Picasso quand il est votre grand-père et qu'il ne vous voit pas...

" - Monseigneur ne veut pas qu'on l'ennuie.
Tête basse, nous rebroussions chemin. Grand-père appartenait aux autres. Il n'était pas pour nous.
Nous n'arrivions pas à comprendre pourquoi tant de gens l'admiraient. A t-on le droit d'admirer une personne qui refuse sa porte à des enfants ?"

Marina et Pablito grandissent. Pablito et elle sont très proches l'un de l'autre !  Mais Pablito devient fugueur et cela se renouvele de plus en plus.

" Avec l'analyse, j'ai compris bien plus tard, hélas bien trop tard, qu'il n'avait plus d'espoir. Incapable de mettre des mots sur sa souffrance, il avait besoin de sortir du carcan de cette souffrance. Marcher à l'infini, dormir dans le creux d'un rocher, repartir au hasard des chemins le déchargeait du fardeau du réel. La recherche du vide. Le désir d'un ailleurs impalpable. "

Heureusement Marina s'accroche, elle a un but. Elle veux faire sa médecine et devenir pédiatre.

" Après une analyse, les voies que l'on a choisies cessent d'être impénétrables.
Ce n'est pas un hasard si j'ai fait ce travail. Ce n'est pas un hasard si l'on part au Viêt-nam aider des enfants en détresse."

Dimanche 8 avril 1973 : la mort de Picasso. C'est à la radio que Marina et Pablito apprennent la mort de Picasso. Ils n'ont pas revu leur grand-père depuis bien longtemps. Pablito se précipite pour voir le corps de son grand-père et lui dire adieu. Jacqueline, la dernière compagne de Picasso a donnée des ordres et on lui refuse l'entrée.
Quelques jours plus tard Pablito se suicide à l'eau de javel.
Il mourra le 12 Juillet après avoir agonisé trois longs mois.
Sa sépulture sera payé par l'argent collecté par des étudiants, ses amis du cours Chateaubriand...
La mère de Marina a ces mots, terribles :

" - Il n'y a pas de justice. C'est toi qui aurais dû mourir. "
 
L'ironie de la situation voudra que c'est Marina qui hérite de Picasso une fortune.

Les dernières pages du livre se termine pourtant d'une manière optimiste. Marina s'en sortira  d'abord grâce à son analyse. Et elle puise sa force avec ses enfants, deux naturels et trois adoptés. Même sa colère envers Pablo Picasso s'apaisera :

" Muré dans son oeuvre, il avait perdu tout contact avec la réalité et s'était replié dans un monde intérieur impénétrable. Cette oeuvre était son seul langage, sa seule vision du monde.../...
Lui qui a traversé son siècle ne vivait pas comme ses contemporains. D'ailleurs, il ne les voyait pas. La vie n'était pour lui qu'un carnet de dessins, un livre d'images "croquées" au fil de sa fulgurante créativité.../... 
Qui étions nous pour prétendre violer l'arène  dans laquelle il combattait.../...
A la fin de sa vie, pour rester seul et créer avec ses dernières forces, il avait rejeté tout le monde. Nous en faisions partie. "
 
Ce qui importe, finalement, c'est ce qu'elle fera de l'héritage de Picasso, comme pour l'alléger...
L' argent servira à construire une fondation au Viêt-nam, elle fera batir un village qui accueillera des enfants dévaforisés, c'est là qu'elle y adoptera ses trois derniers enfants.

Son action ne s'arrête pas là, elle fait creuser des puits, s'occupe des retraités et des anciens combattants et fait percevoir des bourses à deux cents étudiants. Elle fait restaurer des hopitaux, ect...
Au final, devient une femme formidable...

                                                                   Image manquante
Grand-père
Marina Picasso
Editions Denoel et Folio

42823900 p[1]
    Ce livre fait parti de ma PAL



Partager cet article

Repost 0
l'or des chambres - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

michel le postier de GOLFE JUAN 03/10/2015 16:10

Beaucoup d'émotion en voyant la photo de Pablito sur la table de nuit de Marina,car j'ai vécu son départ avec une grande douleur et son ressenti vis a vis du peintre est aussi celui que, je ressent. J'aimerai pouvoir parler avec elle de tout cela car je vais avoir bientot 77ans et je voudrai lui faire un cadeau que j'ai toujours conservé depuis 50 ans. MICHEL de la colline de GOLFE JUAN

JA 19/03/2013 17:41

c'était l'émission d e Mireille Dumas qui parlait des célèbres héritiers
A bientôt
JA

Anonyme 14/08/2013 02:21

Picasso... Un PN , pervers narcissique. Ce n'est pas un homme, mais un toxique et néfaste individu, sans sentiment, sans émotion, sans compassion. Rien, aucun éclat, aucune beauté ; il EST VIDE.
Je vis une histoire semblable à celle de Marina, Madame Marina. Un malade qui vous paralyse, humilie, blesse, ment, manipule, fait douter de vous-même, transforme tout à son avantage, affabule, sans scrupule, abuse, utilise, trompe, utilise jusqu'à, ou vous perdez votre âme, vos sens, vous devenez vulnérable, fragile, sensible, démunie et seule... C'est aussi violent que horrible... J'ai mis 5 ans à comprendre, à fuir, à me reconstruire. Je pleurs encore de cette malheureuse expérience. Encore fragile et triste. Le livre de Marina est le reflet de ce MALADE pICASSO. PETIT picasso. Elle écrit avec pudeur et délicatesse sa douleur tellement grande, c'est tellement inhumain... Et je la comprends tellement bien, et je sais parfaitement de quoi parle t elle... C'est un livre à lire absolument. Merci à Marina.

l'or des chambres 19/03/2013 19:42



Merci beaucoup d'avoir pris le temps de me répondre  Je vais voir si je peux revoir ça en replay.


Bonne soirée JA, et à bientôt



JA 19/03/2013 00:03

j'ai vu ce soir un reportage sur Marina; cette femme est intelligente on sent qu'elle a vraiment souffert
bravo pour votre article
A bientôt
JA

l'or des chambres 19/03/2013 17:33



Merci pour votre passage chez moi JA, sur quelle chaine était cette émission ?? Et quel en était le titre ? Je l'ai loupé mais je pourrais essayer de le voir de le net, merci d'avance
pour votre réponse. Une femme admirable oui, qui a fait de cet héritage une réusssite !


L'or



Pierrot,rêveur équitable 16/02/2013 02:13

Ici Pierrot
Rêveur équitable du Québec

très émouvant cet hommage
à Picasso par Marina sa petite fille
merci:)))

Dans le cadre de mon vagabondage poétique
blogues-musée pertinents mais aléatoires
pour mon oeuvre littéraire pertinente mais aléatoire

Permettez-moi
de vous offrir une de mes chansons

MON AMI LE PEINTRE

COUPLET 1

mon ami le peintre
mon ami le peintre

Luc Lavoie
du lac à beauce

tout le Québec
un jour saura

que t’es un vrai
un immense
coloriste
secret

REFRAIN

à moi les murs
la terre m’abandonne

toute ta peinture
me révolutionne

ta signature
enflamme la mienne
au bout d’mon écriture

ta signature
enflamme la mienne
au bout d’mon écrtiture

COUPLET 2

à 20 ans
le peintre cézanne
savait déja

qu’après sa mort,
il serait reconnu

comme le plus grand
du 19ème siècle

quand il eut du succès
à la fin de sa vie

dans une exposition
tenue à Paris

il resta
bien sagement

dans son village
chez lui

COUPLET 3

à 20 ans
le vagabond que je suis
savait déjà

qu’après sa mort
il serait reconnu

comme l’un des plus nus
du 21ème siècle

avec les mains tendues
vers son doux créatreur

dont les mots disparus
ont fait danser les heures

en marchant tendrement
entre deux océans

la porte du paradis
celle des petits enfants

FINALE

Ozias Leduc
serait fier de nous

mon génial ami Luc

car ma vie disait-il
est mon unique
aventure

Pierrot
vagabond céleste

www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequitables.com

www.demers.qc.ca
chansons de pierrot
paroles et musique

sur google,
Simon Gauthier, conteur, video vagabond celeste

merci

Pierrot, rêveur équitable du Québec

l'or des chambres 21/02/2013 14:00



Merci Pierrot, bienvenue chez moi et merci pour ta chanson



Lily 16/01/2010 16:01


Je n'ai pas lu ce livre, mais quand il est arrivé à la bibliothèque j'ai été à deux doigts de l'emprunter. Pour la même raison que toi : le parcours d'une femme qui tente de panser les blessures
d'une enfance en manque d'affection et qui s'en sort finalement. Affronter ses blessures est chemin de guérison lorsqu'on peut aller jusqu'au bout, enfin, le plus loin possible.
Personnellement, j'apprécie Picasso, toute sa recherche picturale et le renouveau qu'il a apporté dans la peinture et plus largement. Je suis loin d'en être une spécialiste, mais j'aime ses œuvres,
même quand elles me dérangent un peu. Elles me font creuser par delà les apparences du "beau", quelque chose de plus profond : l'être avec sa force vitale et ses contradictions, l'être souvent
écorché qui transcende ses blessures par une recherche effrénée d'une vérité qui lui échappe sans cesse, mais qui lui est indispensable. Donc, j'aime l'œuvre de Picasso, mais j'ai du mal à admettre
qu'il ait été si froid et distant avec ses propres enfants et petits-enfants.La vie quotidienne, toute simple, se révèle souvent compliquée lorsqu'on atteint un tel niveau de recherche intérieure
et de génie. Il n'y a pas de réponse à cela. Et en même temps, n'est-ce pas rassurant de voir qu'il n'existe pas de surhomme qui pourraient réussir dans tous les domaines. Beaucoup en seraient très
jaloux. Là, on s'aperçoit qu'il a usé de sa liberté à un moment, qu'il a fait un choix, et qu'après d'autres ont du avec lui en assumer les conséquences.
Tout comme Servanne, je me retrouve bien dans ta façon d'analyser. Un gros travail !


l'or des chambres 17/01/2010 00:05


La guérison est possible mais pas seule je pense. Elle a quand même fait quatorze années d'analyse...
Quand à Picasso, je ne lui cherche pas des excuses, mais je pense qu'il était tellement dans son monde et concentré sur ce qu'il devait faire (avait-il d'autres choix que d'exprimer son art ?)
qu'il n'a même jamais eu conscience du mal qu'il a fait à sa famille...
Je te remercie pour l'attention que tu portes à mes billets. Bonne nuit et à bientôt Lily !


Présentation

  • : Le blog de l'or
  • Le blog de l'or
  • : Je suis une jeune femme passionnée de littérature... Mon blog sera surtout un concentré de ma plus grande passion : la lecture... Il y aura aussi quelques touches de peintures, de cinéma, de musiques et un peu de ma vie aussi... L'Or des Chambres pour un hommage à la très grande Françoise Lefèvre dont j'emprunte le titre d'un de ses livres.
  • Contact

Lectures (et défis) en cours

" Le bon critique est celui qui raconte les aventures de son âme au milieu des chefs-d'oeuvre" Anatole France, phrase lue chez l'Irrégulière 

 

Wikio - Top des blogs - Littérature  

      

 Découvrez Hellocoton      

 

 I ♥ mon libraire

 Gaëlle la libraire     

 

Meuse l'oubli

Meuse l'oubli 

 

Nos vies désaccordées

Nos vies désaccordées

 

Ariel

Ariel de Sylvia Plath       

 

Le Docteur Jivago

Le docteur Jivago pour "Un hiver en Russie" (jusqu'au 21 mars) avec Touloulou   

 

Ernest et Célestine - Le roman d'Ernest et Célestine  

Le roman d'Ernest et Célestine dont je fais la lecture à PetitDernier tous les soirs 

 

Par ici, c'est chaque jour une nouvelle photo de Doisneau, Atelier Robert Doisneau

 

Par là, le Bonheur du jour 

Recherche

J'aimerais lire très bientôt...

 

Rose-Aimée - Rose-Aimée, T1

Rose Aimée T1

 

Shutter island

Shutter Island

 

L'arbre du père

L'arbre du père    

 

Les ignorants

Les ignorants 

Archives

Lectures communes

Les mains nues

Les mains nues de Simonetta Greggio avec Laure

Pour le 27 mai

 

 

Le Seigneur des anneaux - Le Seigneur des anneaux, T2 

Le seigneur des anneaux tome 2, les deux tours

Décembre avec Za et Malou 

 

Villa Amalia

Villa Amalia

avec George

 

Une adoration

Une adoration

avec George

 

 

 

Derniers coups de coeur

Sous la glace

Sous la glace

 

 

Les femmes du braconnier

 

La terre fredonne en si bémol

 

Cent ans

 

Le canapé rouge

 

Les insurrections singulières

     

Fugue 

  

Garden of love

 

Jours de juin

 

Le coeur cousu

 

Julius Winsome

 

  Le reste est silence

 

 Le treizième conte

 

Mademoiselle Chambon

Billets à venir

Twilight - Twilight, T4

Twilight T4

 

Twilight - Twilight, T3

Twilight T3

 

Twilight - Twilight, T2

Twilight T2

 

Twilight - Twilight, T1

Twilight T1

 

La fois où je suis devenu écrivain

Là fois où je suis devenu écrivain

 

Un temps fou

Un temps fou

 

Sac d'os

Sac d'os

 

L'enlèvement

L'enlèvement

 

Cette nuit-là

Cette nuit là

 

Hunger Games - Hunger Games, T3

Hunger games T3

 

Les demeurées

Les demeurées

 

Hunger Games - Hunger Games, T2

Hunger games T2

 

Eux sur la photo

Eux sur la photo

 

Habibi

Habibi (BD)

 

Paradise

Paradise

 

Les trois lumières

Les trois lumières

 

Thérapie

Thérapie

 

Orgueil et préjugés

 

Hunger Games - Hunger Games, T1

Hunger Games

 

Le Seigneur des anneaux - Le Seigneur des anneaux, T1

Le seigneur des anneaux T1

 

La reine des délices

La reine des délices

 

Fais-moi peur

Fais moi peur

 

Sous la glace

Sous la glace

 

Eloge de la faiblesse

Eloge de la faiblesse

 

Winter

Winter

 

Je ne suis pas celle que je suis

Je ne suis pas celle que je suis

 

Chienne de vie

Chienne de vie

 

La vieille anglaise et le continent

La vieille Anglaise et le continent

 

Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T3

Le sommet des Dieux, tome 3

 

Sobibor

Sobibor

 

Les oreilles de Buster

les oreilles de Buster

 

 New York, journal d'un cycle

New York, journal d'un cycle

 

Le premier été 

Le premier été

 

 Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T2

Le sommet des dieux T2

 

L'odeur du figuier, un parfum de délicieuse mélancolie

L'odeur du figuier

 

0.4

0.4

 

Les collines du tigre

Les collines du tigre

 

Miel et vin

Miel et vin

 

Un certain vertige

 

Le blues des Grands Lacs

Le blues des grands lacs

 

Quinze kilomètres trois

Quinze kilomètres trois

 

Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T1

Le sommet des dieux T1

 

L'échappée belle

L'échappée belle

 

  Les années douces - Les années douces, T2

Les années douces T2

 

Le caveau de famille

Le caveau de famille

 

Le mec de la tombe d'à côté

Le mec de la tombe d'à côté

 

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

 

Rosa Candida

Rosa Candida

 

Azilis l'épée de la liberté

Azilis l'épée de la liberté

 

Ouragan

Ouragan

 

Les tendres plaintes

Les tendres plaintes     

Challenges 2013

tour-du-monde-1

Le tour du monde en 8 ans

 

Challenge Irlande : illimité !!

 

Fin : 31 Juillet 2013

 

objectif-pal-001[1]

Objectif PAL Noire by L'Or et George ; illimité

 

http://img15.hostingpics.net/pics/279733ILEDESERTE2.jpg

Fin : 01 Août 2013 (ou plus)

 

   

Fin : 30 septembre 2013

 

Fin : 30 juin 2013

 

Il viaggio

Fin : 31 Octobre 2013

 

Fin : Décembre 2013 (prolongation) 

 

Challenge littéraire

Repris par Anne 

Fin 31 décembre 2013     

 

Liste des participants

Fin : novembre 2013  

 

challenge gilmore girls 2013

Repris par Touloulou

Date de fin : 08 octobre 2014 

 

challengeQuatreSaisons    

Prolongation jusqu'au 21 décembre 2013

 

dc3a9fi_scandinavie_blanche

            3/5 Ici et  et

Fin : 31 décembre 2013 Repris par Lystig 

 

Fin : 28 Juillet 2013

 

logonaturewriting1 

-/5

Fin : décembre 2012 (Folfaerie m'a donné une prolongation pour cette année, merci à elle !!)

 

  Challenge Colette

-/3

Fin : 23 Septembre 2013 (Prolongation) 

 

Ici, et là 

3/3

Fin : 21 Juin 2013

 

Femmes du mondel ogo  

Cent ans Wassmo

La terre fredonne en si bémo l- Strachan

Les femmes du braconnier - Pujade Renaud

Fin : décembre 2012 (renouvelable)    

 

2/10 Re-Prolongation du challenge :

Fin : 05 avril 2014  

 

Prolongation du challenge

Fin : 30 septembre 2013    

Index auteurs


Agus Milena - Battement d'ailes

Ahern Cecelia - Un cadeau du ciel

Beckett Bernard - Genesis

Benameur Jeanne - Les insurrections singulières

Bertholon Delphine - L'effet Larsen

Brisac Geneviève - 52 ou la seconde vie

Cabasson Armand - La reine des mots

 Calvetti Paola -L'amour secret

Chabrol Caroline - Sous les cahiers, la mort

Cohen Welgryn Myriam - Mères - Myriam Cohen Welgryn
Constantine Barbara - A mélie, sans mélo

Delaflotte Mehdevi Anne - Fugue

Dickens Charles - Un chant de Noël
Divakaruni Chitra Banerjee -Ma soeur, mon amour

Donovan Gérard -Julius Winsome

Estibal Sylvain - Le dernier vol de Lancaster
Ferney Alice - Paradis conjugal
Giraudeau Bernard - Cher amour

Girerd Jacques Rémy, Benoît Chieux - L'enfant au grelot  (album enfant)
Glass Julia - Jours de juin

Guelfenbein Carla - Le reste est silence

Haasse Hella S. -La source cachée
Hannah Kristin - La magie du bonheur

Henrichs Bertina -La joueuse d'échecs 

Herry Jeanne - 80 étés

Hobbie Holly - Juste à temps pour Noël - Holly Hobbie (album enfant) 
Holder Eric - Mademoiselle Chambon

Kamimura Kazuo - Lorsque nous vivions ensemble 1
Kamimura Kazuo - Lorsque nous vivions ensemble 2

Kingsolver Barbara - Un été prodigue

Kortepeter Paul et Susan Wheeler - Youpi, pas d'école  (album enfant)
Lemoine Annie - Les heures chaudes

Lethielleux Maud - Dis oui, Ninon
Levraud Murielle - Le soir autour des maisons 

Malte Marcus - Garden of love

Martinez Carole - Le coeur cousu

Matheson Richard - Je suis une légende

Mazurel Claire et Marie H. Henry - Demain c'est Noël (album enfant)
Mégnin Jean-Philippe - La voie marion

Meyer Stephenie - Les âmes vagabondes

Miller Rebecca - Les vies privées de Pippa Lee 

Moning Karen Marie - Fièvre noire

Mosse Kate - Les fantômes d'hiver

Picasso Marina - Grand-père
Rice Luanne - Les carillons du bonheur
Ryan Carrie -La forêt des damnés

Sampioro Dominique - La petite présence
Scholes Katherine - Les amants de la terre sauvage

Setterfield Diane - Le treizième conte
Sigurdardottir Steinnunn - Le Cheval Soleil
Tardieu Laurence - Comme un père

Vann David - Sukkwan Island   
Vigan Delphine De - No et moi

Woolf Virginia - Mrs Dalloway