Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 13:45

Glaçons et glaces artisanales

 

Pour celles qui manquent d'idées de lectures...

 

D'abord ma lecture commune avec Juliette :

 

- Un été prodigue de Barbara Kingsolver   

 

Un livre dont on a bien peu parlé sur les blogs mais qui m'a tout de suite intrigué :

 

- Un certain vertige d'Amanda Lohrey  :

 

   présentation de l'éditeur :

 

"Quand Luke et Anna décident de quitter la grande ville et d’aller vivre dans un village isolé au bord de la mer, c’est essentiellement, disent-ils, pour fuir la pollution et le bruit. Mais n’y a-t-il pas d’autres raisons ? Et qui est donc réellement « le petit », l’enfant mystérieux qui les accompagne, allant et venant à sa guise, en toute liberté ?
    Un jour éclate un de ces terribles incendies de brousse et de forêt qui, l’été, dévastent certaines régions d’Australie. Et ce ne sont pas seulement les flammes qu’il va falloir combattre. Luke et Anna devront enfin affronter un passé et des souvenirs jusque là trop lourds.
    
    Un livre très court, très dense, où il n’y a ni une phrase, ni un mot de trop. Mais un secret à découvrir, particulièrement émouvant. Plus de splendides « images » de l’Australie."

 

Ensuite, mon été sera TRES TRES suédois :

 

- Toujours avec toi de Maria Ernestam   Toujours avec toi

 

Le mot de l'éditeur :

"J'ai froid. Je me retourne pour calmer la douleur. Je resserre la couverture autour de moi. Alors, j'entends un rire. Mes yeux s'embuent. J'ai aimé. Personne ne m'enlèvera ça. Pas même la mer capable tantôt d'engloutir les traces des ravages provoqués par l'homme, tantôt de les recracher - elle a emporté ce que j'avais de plus cher. (...) Je résiste et je me laisse aller, je tergiverse, mais au fond, je sais que tout sera bientôt fini. Les méfaits des aïeux reviennent nous hanter, dit-on, mais je n'y crois pas. Si des méfaits nous hantent, ce sont les nôtres. Un roman à deux voix sur un secret de famille bien gardé, sur l'amour et le deuil, le pouvoir de la mémoire, et la réconciliation avec le passé. "

 

 

Deux polars suédois :

 

- Eté de Mons Kallentoft   Eté

Le mot de l'éditeur :

"C’est l’été le plus chaud que Linköping ait jamais connu. La forêt qui borde la ville s’embrase, les nuages de fumée planent dans le ciel obscurci et menacent les citadins. Les incendies n’empêchent pas un pervers sexuel particulièrement sordide et cruel de faire régner la terreur dans la ville. L’enfer brûlant des flammes crée une sorte de solidarité parmi les gens, alors que la peur et l’angoisse face aux meurtres horribles du tueur font émerger des soupçons et des préjugés envers celles et ceux qui semblent différents. L’horreur devient totale, quand la propre fille de Malin Fors — l'enquêtrice des romans de Kallentoft — se fait enlever. Chaque minute compte, et Malin n’a plus que son instinct de policier et de mère pour l’aider à sauver l’être qui lui est le plus cher au monde. "

 

- ça aurait pu être le paradis de Camilla Grebe et Asa Träff   Ca aurait pu être le paradis

Le mot de l'éditeur :

"Siri est psychiatre. Elle travaille dans un cabinet qu'elle a fondé avec ses collègues et amis Sven et Aina. Ses patients ne sont pas très nombreux, mais plus " fous " les uns que les autres : Sara Matteus, ex-prostituée, toxicomane, suicidaire. Peter Carlsson qui souffre d'un délire obsessionnel où il se voit tuer sa petite amie. Charlotte Mimer qui cherche désespérément à tout contrôler, à tout maîtriser, et qui fait régulièrement des crises de boulimie. Siri elle-même ne va pas trop bien non plus. Elle a peur du noir, s'endort toujours la lumière allumée, et n'a pas encore digéré la mort apparemment accidentelle de son mari Stefan... Voici le début de ce nouveau polar suédois écrit à quatre mains par deux soeurs, dont l'une est... psychiatre. Fausses pistes et suspense s'enchaînent à un rythme haletant. Un premier roman très maîtrisé par ces jolies soeurs, déjà saluées comme les nouvelles voix du polar scandinave. "

 

Et ces deux là, qui ont toutes leurs chances d'être mes stars de l'été :

 

- Quatres soeurs de Malika Ferdjoukh     Quatre soeurs (livre jeunesse)

 

Le mot de l'éditeur :

"Une saga pleine de fraîcheur. C'est avec grand bonheur que les jeunes filles vont découvrir les péripéties complètes des soeurs Verdelaine, qui mêlent avec talent, aventure, humour et préoccupations des ados. Dans leur maison perdue au bout de la falaise mais bien ancrée dans la réalité, on rit et on pleure avec chacune de ces drôles demoiselles, un peu comme si on y était..."

 

- Les devins de Margaret Laurence   Les devins

 

4ième de couverture :

" Morag Gunn a quarante-sept ans. Écrivain qui connaît un certain succès, elle vit désormais dans un corps de ferme en bordure de rivière, dans l'est de l'Ontario. À travers une série de flash-back, elle fait le point sur les moments les plus douloureux et les plus grisants de sa vie : son enfance en marge de la société dans la petite ville de Manawaka ; sa relation avec Jules Tonnerre, un Métis chanteur de country ; son rejet d'un mariage avilissant. Et l'écriture comme refuge...
Les devins, livre à tiroirs, l'un des plus autobiographiques de l'auteur, mêle avec ingéniosité et subtilité différentes voix, toutes très singulières. Il est considéré par Margaret Atwood comme l'un des meilleurs romans des temps modernes.

Margaret Laurence est née en 1926 au Canada. En 1957, date de son retour d'Afrique où elle a vécu quelques années, elle débute le «cycle de Manawaka» composé de cinq livres, dont L'ange de pierre, Une divine plaisanterie et Les habitants du feu parus aux Éditions Joëlle Losfeld. Elle reçoit pour chacun de ses ouvrages un accueil enthousiaste souvent récompensé par un prix littéraire. Admirée par des écrivains tels que Robertson Davies, Margaret Atwood ou Alice Munro, elle est un auteur majeur de la littérature canadienne. Elle meurt en 1987. "

  

Pour finir une lecture jeunesse qui me tente depuis longtemps :

 

- La voix du couteau de Patrick Ness    Le chaos en marche - Le chaos en marche, T1

 

Le mot de l'éditeur :

" C'est l'année de ses treize ans et, dans un mois, Todd Hewitt va devenir un homme. Il est le dernier garçon de Prentissville. Cette ville de Nouveau Monde est uniquement peuplée d'hommes. Depuis longtemps, toutes les femmes et les enfants en ont disparu. À Nouveau Monde, chacun peut entendre les pensées des autres, qui circulent en un brouhaha incessant, le Bruit. Nul ne peut échapper au Bruit, nulle part, jamais...

Extraordinaire, bouleversante, une quête de la vérité, de la liberté, de l'amour portée par la plume originale de Patrick Ness.

La Voix du couteau, qui ouvre la trilogie du Chaos en marche, a, dès sa parution en 2008 en Grande-Bretagne, été acclamé par une critique unanime et, fait exceptionnel, a reçu les prix littéraires les plus prestigieux."

 

Voilà !!!

Bon, si ça se trouve je vais lire tout à fait autre chose...

D'autres tentations m'ouvrent très forts les bras (à suivre...)

 

Et il suffit que je change d'avis et d'envies.

Et vous, qu'allez vous lire cet été ???

 

Repost 0
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 12:39
Bande Annonce "4 idoles dans le vent" - Ma-Tvideo France3
Bande annonce de l'émission "4 idoles dans le vent" avec des images de France Gall, diffusion le lundi 12 juillet 2010 à 20h35 sur France 3.
Mots-clés : france gall télévision

 

Je ne sais pas vous mais moi j'étais hier soir collé devant mon écran pour voir cette émission incroyable sur des années bien joyeuses et dynamiques... C'était une autre époque, une période bien plus insouciante qu'aujourd'hui, bien plus légère... Il y avait bien moins de pression et de stress...

Même si je n'étais même pas encore née, je suis très nostalgique de cette période...

 

Et puis je l'ai déjà dit mais j'adore Françoise Hardy, c'est une femme pour qui je ressens beaucoup d'admiration...

 

 

Et :

 

 

 

Un texte sublime d'Aragon et interpréter avec une grande force par une femme de passion...

Cette chanson, elle l'a chanté avec toute son âme...

C'est une jeune femme désenchantée, amère peut-être, déçue certainement... Elle est amoureuse et il n'est pas à la hauteur...

Cela m'a donné très envie de me plonger dans son livre : Le désespoir des singes

" Le désespoir des singes... et autres bagatelles" qui m'attend sur ma PAL...

 

Il y a aussi France Gall et Michel Berger, autre couple mythique

 

 

Mais vous savez déjà toute l'admiration que j 'ai pour Michel Berger...

France Gall est elle aussi une femme formidable, elle a vécu le pire avec une grande dignité et une grande force... Elle force le respect...

 

 

Pour finir il y a ce couple magnifique aussi, pour qui rien n'a été simple... Mais une grande histoire incroyable tout de même :

 

 

 

 

Une émission qui m'a vraiment fait rêver, j'espère vous avoir fait un peu partager ça...

 

Il me semble que ce romanesque là n'existe plus sous cette forme magique...

Est ce que je me trompe ???

Repost 0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 21:54

Une petite semaine passée au Lac Léman. Au programme : baignades et promenades, mais surtout repos et détente...

 

P6260018

Sable et soleil : combinaison idéale !!!

 

 

P6260032.JPG

Une petite famille de cygnes  

 

P6260033.JPG

 Coucher de soleil sur le Lac Léman

 

P6270044.JPG

Yvoire - Lac Léman

 

P6280136.JPG

Evian - Lac Léman (photos moi)

 

Rendez vous pour la suite prochainement !!!

 

Bel été à vous tous et toutes.

Repost 0
l'or des chambres - dans Photos
commenter cet article
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 11:53

Jeffrey T. Larson - Back Lit

 

Toujours pas réussi à dépasser ce fameux chiffre cinq... mais j'y arriverais... j'y arriverais....

 

Pour commencer trois coups de coeur :

 

- Jours de juin de Julia Glass   Jours de juin

Ma deuxième lecture de cet auteur (Refaire le monde) et je resignerais direct pour un troisième... J'aime vraiment la plume de cet auteur et la douceur de ses écrits. Fenno est un personnage extrêmement attachant. Et on suis sans aucun problème pendant les 656 pages cet histoire de fratrie. Sans oublier la splendeur de la Grèce et en bonus des pages délicieuses et gourmandes qui parlent de cuisine. A lire impérativement !!!

 

- Ma soeur, mon amour de Chitra Banerjee Divakaruni    9782264036070FS

Un très beau roman, une histoire poignante. Et encore une fois une histoire de soeurs (on dirait que j'y suis abonnée en ce moment...) Un livre que j'ai dévoré ; les voix de Sudha et d'Anju tellement émouvantes, un milieu très féminin, la chatoyance et les odeurs de L'Inde et voilà tous les ingrédients pour un livre réussi ! Et là encore des passages succulents sur les saveurs et les arômes de la cuisine indienne.

 

Une sortie poche qui avait été un de mes coups de coeur de mon année 2008 :

 

- Garden of love de Marcus Malte   Garden of love

Un livre très, très fort qui vous empoigne et ne vous lâche plus... Une histoire qui a un sacré souffle et une sacrée personnalité. Je l'ai lu le souffle court et le coeur battant...

Une écriture percutante et un vrai style. Là encore un roman à ne surtout pas louper !!!

 

J'ai beaucoup aimé aussi :

 

-L'amour secret de Paola Calvetti    L'amour secret

Un bon livre pour les vacances à lire les doigts de pied en éventail dans le sable douillet !!!! Un livre détente que j'ai trouvé très agréable. Un roman épistolaire mais pas que... La présence et la beauté de la Provence et de la Bretagne... Et de l'amourrrrr !!!!!!!

 

J'ai beaucoup moins apprécié :

 

- Les amants de la terre sauvage de Katherine Scholes   Les amants de la terre sauvage

Un livre romanesque dont je n'ai pas su apprécier les pages. C'est peut-être (sans doute) le milieu dans lequel évolue l'héroïne, celui du cinéma et le tournage d'un film... Ce n'est pas du tout quelque chose qui me passionne d'où peut-être mon ennui...

 

Je vous souhaite un très bel été et de belles lectures !!!

 

Repost 0
l'or des chambres - dans Bilan du mois
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 21:53

whitten-holly-2.jpg

Holly Whitten - Illustration trouvée ici (chez Lali)

 

  

Je vais prendre une petite pause histoire de me reposer et d'oublier l'ordinateur. Histoire de me concentrer sur ma petite famille et la bichonner...

 

Je vous embrasse toutes et tous et je vous dit à très bientôt.

Bisous, bisous !!!

Repost 0
l'or des chambres - dans Peintures
commenter cet article
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 12:20

L'amour secret

 

Ce livre a (pour l'instant) eu droit à pas mal de billets désabusés. Mais il y a aussi le billet de Pascale qui est plutôt enthousiaste.

Pour ma part quand je l'ai commençé, je me suis dit; aie, ça va pas le faire... Et cela me semblait plutôt triste puisque c'était mon premier livre partenariat. Mais très vite, je me suis laissée entrainer par la douceur de ses pages. Le livre a su m'emporter...

Je dois dire que j'ai un gros faible pour la littérature italienne... Il y a bien sûr Milena Agus qui m'a vraiment happé avec son livre "Battement d'ailes" et il y a aussi, et surtout, Simonetta Greggio dont j'adore les livres. Elle fait partie de ces auteurs dont j'achète le dernier livre sans hésiter, sans même lire le quatrième de couverture. Je suppose que j'étais prédisposé à apprécier ce livre là.

Certaines ont ressentis de l'ennui mais je dois dire que je n'ai pas du tout eu le même ressenti. De toute façon je trouve que les romans épistolaires sont, par nature, très entraînant et extrêmement facile à lire... Et cela même, s'il n'est pas composé que de lettres.On peut dire que ça coule tout seul... Chaque page entraîne une autre et on arrive à la fin sans même s'en apercevoir. Pour moi c'est un bon livre pour les vacances, à lire les doigts de pieds en éventail, planqués dans un sable tiède et douillet.

Un livre détente que j'ai trouvé pour ma part très agréable. Il a l'avantage d'être court aussi, donc pas de problème de PAL qui pourrait trépigner et vous faire la tête...

 

La montagne sainte victoire, Pays d'Aix

 

La présentation de l'éditeur :

 

A la mort de son père, célèbre violoncelliste, Lucrezia met au jour dans les affaires du défunt une boîte remplie de lettres, toutes écrites par la même personne : une certaine Costanza qui, des années durant et dans le plus grand secret, fut la maîtresse du musicien.
Surprise de découvrir cette relation dont elle ne soupçonnait pas l'existence, Lucrezia décide de se rendre en Provence, chez Costanza, afin d'en apprendre d'avantage sur son père. Le temps d'un week-end, celle-ci va lui parler de l'homme qu'elle a aimé clandestinement.

 

 

Photo de Martigues, la venise provençale

 

 

J'ai vraiment passé un moment très agréable avec ce livre, j'y étais installé douillettement. Je n'avais pas du tout envie de le quitter. J'appelle cela mes livres "récréation", juste là pour la détente et le plaisir de la lecture. Et cela ne se refuse pas, tout comme un grand verre de thé glaçé après une belle promenade au soleil.

 

La musique tient une grande place dans ce roman, Brams, Debussy, Schubert et d'autres encore... Et le roman est découpé comme une symphonie, avec ces mouvements  et l'entracte.

 

Quelques extraits :

 

" J'ai atteind l'objectif que je m'étais fixé : un travail que j'adore, un bon mariage, des enfants. Mon amour pour toi implique une urgence dont mon quotidien est exempt. Je n'ai pas l'étoffe d'une maîtresse. Ni même d'une amie. J'ai besoin d'appartenir à quelqu'un. Et je veux quelqu'un qui m'appartienne. Je ne partage rien. Tu as trouvé la case où me ranger. De mon côté, cela déborde. Une famille, j'en ai une. Et tu n'imagines pas à quel point je l'aime. Combien elle est extraordinaire, dans son imperfection. Et combien elle satisfait mon besoin d'une structure, d'un espace à remplir de gestes, de paroles, de tendresse, de sérénité. J'essaie d'apprendre à mes enfants à supporter la fragilité. Je voudrais n'avoir pas besoin que tu m'aimes. Mais l'amour me rend dépendante, exigeante, vulnérable. Les femmes qui ont un amant gèrent le temps, cela n'a rien à voir avec nous. Je me sens mal.

C.     "

 

Une description de sa maison en provence, qui donne l'eau à la bouche : (ah, vivre en provence, le rêve !!!) :

 

" La coulée de pins maritimes aux racines noueuses contrastait avec les épis de blé mûr et les buissons de lavande qui avaient poussé autour de la maison. En quelques années, j'ai aménagé ici un jardin sage et modeste. Il est accueillant, et j'aime à l'entretenir.../...

 

.../... La maison était éventrée par le temps, Lucrezia. Le jour où je l'ai vue pour la première fois, je me suis représenté le jardin sans les mauvaises herves et les plantes sauvages, jolies mais inutiles. Je l'ai tout de suite imaginé tel que vous le voyez. Il s'est transformé au fil des jours et au rythme de mes envies. Vous devriez venir en juin, quand le parfum de la lavande pénètre les narines, se glisse sous la peau, envahit les pièces. A la fin de l'été, je la cueille et je mets ces graines violettes dans des sachets de toile. "

 

Et puis il y a cette magnifique parenthèse que vivent les amoureux en Bretagne et les quelques lignes que Constanza écrit pour garder des traces de ce séjour et les offrir à son amant. Ce sont mes pages préférés. Elles sont très douces, mélancoliques et désenchantés à la fois.

A ces lettres s'ajoutent les souvenirs que Constanza raconte à Lucrezia, en les égrenant doucement, comme les perles d'un collier précieux  :

 

" Nos petits déjeuners étaient interminables, Lucrezia. Nous restions des heures à table. Sur la nappe immaculée s'offrait tout un assortiment de confitures dans des coupelles de porcelaine. Il mangeait de tout, goulûment. Je n'ai jamais compris comment il pouvait avaler des oeufs au plat, des croissants chauds et plusieurs tasses de lait à la suite, mélangeant goûts et couleurs au mépris de l'esthétique. Pour moi, la nourriture est le reflet de l'âme. Tristesse est synonyme de diète. En Bretagne, j'ai grossi. Alourdie par la tendresse.

Dans ce cadre, il était simple de s'aimer : manger, marcher, faire l'amour, dormir, lire, parler sans penser au temps qui s'écoulait. Ces vacances, nous aurions été incapables d'en raconter la magie. "

 

J'espère vous avoir donné envie de lire ce petit livre tout doux, un bel intermède pour accompagner les chaudes journées (ben oui, normalement) d'été.

Je pense qu'il mérite que vous lui donniez sa chance.

 

L'amour secret

Paola Calvetti

Editions des Presses de la Cité

 

Et un grand merci à Suzanne de Chez les filles et aux Presses de la Cité pour m'avoir proposé ce livre... 

 

D'autres billets :

 

Clara, Keisha, Maggie, Mirontaine, Saxaoul , Virginie et Sandrine 

 

 

 

 

Repost 0
l'or des chambres - dans Littérature
commenter cet article
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 13:26

Garden poche   Sortie poche en mai 2010

 

Garden of love   Grand prix littéraire des lectrices ELLE 2008

 

Cela faisait un petit moment que j'avais envie de vous parler de cette sortie poche. Je l'ai lu en Août 2008 et bien sûr pour faire un billet digne de ce nom il faudrait que je le relise... Mais le temps me manque pour l'instant.

Si je vous en parle c'est que, j'aimerais vraiment que ce livre arrive entre vos mains. Il a été un vrai coup de coeur pour moi. Un livre très fort, que l'on oublie pas de sitôt.

Il fait parti de ces livres, vous savez, ces livres qui sortent de l'ordinaire. Ceux qui vous rappelent pourquoi vous aimez tant lire. Un de ceux qui vous bouscule et vous malmène.

 

C'est un livre qui vous empoigne, vous dévore, vous possède comme une fièvre. Vous tournez les pages comme envoutés, même si vous entrez dans un prodigieux cauchemar. Vous n'avez pas d'autres choix que de continuer. C'est une histoire qui a un sacré souffle, un roman qui a une sacrée personnalitée...

La vie, le monde qui gravitent autour de vous s'effacent, s'écartent comme un rideau.

Et vous avez devant les yeux un univers glacial mais prenant, une histoire incroyable.

Et vous entrez là dedans à petits pas, timidement d'abord, et sans hésitation après comme on se jette dans une décision pour laquelle on a longtemps hésité.

Vous avez le souffle court et le coeur battant...

N'est ce pas là ce que l'on demande à n'importe quel livre ???

Cet évasion là ?

 

Je l'ai lu il y a deux ans et les sentiments qui m'ont alors traversés sont encore tout frais dans ma mémoire.

 

- Marcus Malte - R.Gaillard (Gamma) -

 

 

Le sujet : (quatrième de couverture ou plutot deuxième pour l'édition Zulma)

 

Troublant, diabolique même ce manuscrit qu’Alexandre Astrid reçoit par la poste ! Le titre : Garden of love. L’auteur : anonyme. Une provocation pour ce flic sur la touche, à la dérive, mais pas idiot pour autant. Il comprend vite qu’il s’agit là de sa propre vie. Dévoyée. Dévoilée. Détruite. Voilà soudain Astrid renvoyé à ses plus douloureux et violents vertiges. Car l’auteur du texte brouille les pistes. Avec tant de perversion que s’ouvre un subtil jeu de manipulations, de peurs et de pleurs.
Comme dans un impitoyable palais des glaces où s’affronteraient passé et présent, raison et folie, Garden of love est un roman palpitant, virtuose, peuplé de voix intimes qui susurrent à l’oreille confidences et mensonges, tentations et remords. Et tendent un redoutable piège. Avec un fier aplomb.

 

Ne faites pas attention à la couverture, que je trouve très laide, de l'édition Folio. Je trouve que ce n'est pas du tout une belle représentation de ce roman.

Allez au delà, aussi, des premières pages qui sont glauques et sordides...

La suite est une vraie petite merveille.

Il vous faut le lire, oui absolument...

 

Un extrait :

 

" Notre grande scène des retrouvailles avait duré moins de trois minutes. Je suis resté sur place une demi-heure de plus, je ne l'ai pas vu ressortir. Puis le ciel a tonné juste au-dessus de nous et l'averse est tombée d'un seul coup. J'ai rameuté les garçons et nous sommes repartis au pas de course, cette fois par la promenade qui longe la plage. En passant devant le Neptune, je me suis efforcé de ne pas tourner la tête. J'ai pensé qu'il était peut-être en train de me regarder, nous regarder, à travers les vitres teintées.

La pluie m'a fait du bien.

 

On est arrivés trempés. Les petits avaient encore des algues brunes collées aux bottes et aux pantalons comme des bouts de sparadrap. Piteux et hilares à la fois.

- Ben voyons... a soupiré Florence en nous voyant.

Sourire aux lèvres. Dieu qu'elle était belle. On s'est déshabillés et frottés avec des serviettes. Les enfants riaient. Tout cela représentait une tranche de vie familiale absolument parfaite. L'image même de l'harmonie et du bonheur. Des gens qui s'aiment. Je ne peux pas m'empêcher d'y croire, à chaque fois. Je cherche alors le regard de Flo et j'espère de toute mon âme qu'il ne se démentira pas. S'il y a  une chose que j'ai apprise, c'est à repérer les ombres qui planent au fond de ses yeux.../...

 

.../... Il a plu tout le reste de la journée par intermittence. Nous n'avons plus mis le nez dehors mais les garçons se sont tenus tranquilles. Le sapin, la crèche. Les derniers préparatifs. Et toujours cette impression de bonheur ordinaire et serein. Quelque chose d'extrêmement précieux pour moi. Hélas, avec ce qui se jouait dans les replis de mon crâne, il m'était impossible de me laisser aller et d'y adhérer pleinement. Je voyais ça de l'extérieur et ma propre joie, ma petite fête personnelle en était en partie gâchée. Ne serais-ce que pour ça, j'en voulais à Ariel d'avoir reparu juste ce jour-là. J'ai du mal à croire au hasard.

On s'est fait notre petit repas de réveillon tous les quatre. Le sapin clignotait dans un coin du salon. Florence avait disposé des espèces de lumignons multicolores un peu partout dans l'appartement. J'ai chassé l'idée que ça pouvait ressembler à une veillée funèbre. Je me suis concentré sur leurs visages. Celui de Flo. Celui d'Etienne le Sage. Celui de Mattéo, Mat-au-Marteau, roi des bricolos. Mes trois merveilles. Mes trois étoiles dans la nuit noire. Les reflets avaient des éclats doux sur leur peau comme autour d'un feu et leurs yeux brillaient. J'ai souhaité qu'il n'y ait jamais de fin à ça.

Mais qui sait où se perdent nos prières ? "

 

J'espère vraiment vous avoir convaincus...

Et surtout, ne croyez pas lire un polar, ce livre est beaucoup plus que ça. Il a de vrais qualités littéraires (attention, je ne dis pas que les polars n'en ont habituellement pas mais c'est vrai pour certains). Il a pour lui un vrai style et une écriture percutante.

Vous pouvez faire un petit tour ici, prenez le temps de lire toute la page. Vous y trouverez toutes ses distinctions et sélections. Des extraits de la presse (nombreuses) et la critique du Elle. Et sur la colonne de gauche, toutes les blogueuses et blogueurs qui en ont fait un billet (et là aussi il y en a un paquet).

 

Je vous en donne moi même quelques-uns :

 

Florinette, Karine, Amanda, Chaplum, Papillon, Kathel, Richard, Saxaoul, ect, ect...

 

Mais le meilleur conseil que je vous pourrais vous donner c'est de les lire après votre lecture. D'en lire le moins possible et d'arriver, comme moi, dans votre lecture sans en savoir plus que les quelques lignes, qui n'en disent pas trop, du quatrième de couverture.

C'est un livre qu'il faut aborder dans la plus grande incertitude...

Il faut entrer dans ce livre comme dans un brouillard...

Vous verrez, les frissons sont aux rendez-vous...

Et je le trouve parfait pour une lecture d'été.

Bonne lecture !

 

Et de plus, d'une façon rétroactive, j'inscris ce livre au challenge "Des notes et des mots" d'Anne parce qu'il est beaucoup question de musique dans ce livre

 challenge-Des-notes-et-des-mots-4.jpg

 

Repost 0
l'or des chambres - dans Littérature
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 13:14

 

 

Comment t'as fait maman,
Pour savoir que papa
Beau temps et mauvais temps
Il ne partirait pas
Est-ce que t'en étais sûre
Ou si tu savais pas
Est-ce que les déchirures ça se prévoit.

Comment t'as fait maman
Pour trouver le bon gars
Tu l'as connu comment,
Tu l'as aimé pourquoi
Est-ce qu'il y en avait juste un
Dans tout le présent siècle
Et y s'trouve que c'est toi qui dort avec

{Refrain:}
Comment t'as pu trouver,
Un homme qui n'a pas peur
Qui promet sans trembler
Qui aime de tout son cœur
J'le disais y a longtemps
Mais pas d'la même manière
T'as d'la chance maman
Le plus fort c'est mon père

Comment ça s'fait maman
Que dans ma vie à moi
Avec autant d'amants
Avec autant de choix
Je n'ai pas encore trouvé
Un homme comme lui,
Capable d'être ami, père et mari

Comment t'as fait maman
Pour lui ouvrir ton cœur
Sans qu'il parte en courant
Avec c'que t'as de meilleur
Est-ce qu'il y a des mots magiques
Que t'as dits sans t'rendre compte
Explique-moi donc c'qu'y faudrait que j'raconte.

{Refrain}

Quand j'ai l'air d'les aimer
Les hommes changent de regard
Si j'ose m'attacher
Y s'mettent à m'en vouloir
Si je parle d'avenir
Y sont déjà loin derrière
J'avais raison d'le dire,
Le plus fort c'est mon père.

Vas-tu m'dire maman
Comment t'as pu savoir
Dès le commencement,
Qu'c'était pas un trouillard
Qu'il allait pas s'enfuir
Et qu'il allait tout faire
Pour que je puisse dire
Le plus fort c'est mon père

Quel effet ça t'as fait
Quand tu l'as rencontré
Est-ce que ça paraissait
Qu'il allait tant t'aimer
Les hommes bien souvent
Paraissent extraordinaires
Mais dis-toi bien maman
Qu'le plus fort...c'est mon père.

 

Paroles et musique Lynda Lemay 1992

 

Cette chanson, ces paroles sont pour mon papa, mon petit papa chéri.

Je lui dédie cette chanson, parce que, le plus fort c'est mon père !!!

Je lui envoie des milliards de bisous et j'en profite pour lui dire que je l'aime fort, fort, fort...


Et puisque j'y suis je dédie cette chanson à mon mari aussi, le père de mes trois enfants.

En espèrant que, quand ils seront adultes, ils pourront eux aussi, lui dédier cette chanson...

Je t'embrasse, mon homme.

 

Ce billet est ma participation aux dimanches poétiques de Celsmoon.

Repost 0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 14:54

Nuits d'été en Toscane    Une année à la campagne    Sur le sable    Shutter Island

(Extrait de ma PAL, si vous voulez connaître les autres titres ils vous faudra aller voir cela dans mon album photo.)

 

 Comme je l'ai déjà dit, je n'ai aucune envie de chiffrer avec exactitude ma PAL actuelle.

J'ai donc eu une idée pour vous ouvrir, tout de même, une petite fenêtre sur cette fameuse PAL. 

Et pour moi le bénéfice sera l'impression d'avancer un peu.

J'ai donc décidé d'ouvrir un album photo qui contiendra une partie de ma PAL.

Cet album photo est donc, à partir de maintenant, sur ma colonne de droite, juste en dessous des "catégories".

(Vous pouvez aussi consulter les images aléatoires de cet album photo, juste en dessous)

 

Voilà comment je compte procéder pour vider cette PAL : il y a 42 titres dans cette sélection, je vais les lire petit à petit, sans aucune prévision d'ordre quelconque.

Quand ces 42 titres seront lu, je ferais à nouveau une liste avec le même nombre de titres (environ) et cela jusqu'à ce que ma PAL soit vide...

Et cela toujours, évidemment, dans cet album photo : "Extrait PAL"

 

Bien sûr l'édition d'une partie de ma PAL est aussi l'occasion pour vous, de me proposer des lectures communes.

Si cela vous tente il vous suffit de me laisser un petit commentaire.

Tout en sachant que ma façon de lire se calque sur les saisons. (Si cela ne veut rien dire pour vous, allez faire un petit tour ici, j'explique tout cela en détail).

 

Je crois que je vous ai tout dit...

Alors voilà : rendez vous pour une prochaine lecture commune !!! 

 

(ouf, ce n'est pas encore gagné... Mais ça prend bonne forme...)

 

42823900 p[1]

 Objectif PAL chez Antigone

Repost 0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 10:51

masoeur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 Lecture commune avec Soukee, Hilde et Séverine.  

 

D'abord je tiens à dire que je suis tellement ravie de la lecture de ce roman que je compte bien ne pas m'en tenir là pour ce challenge " Bienvenue en Inde " et que je lirais d'autres titres.

C'est un très beau roman, une histoire poignante... Et encore une fois une histoire de soeurs, même si cette fois ci, c'est des soeurs de coeur puisqu'elles ne sont que cousines.

 

C'est un roman que j'ai dévoré, avide de savoir la suite. Pour cela, je vais rester assez vague avec le sujet, préfèrant vous le laissez découvrir par vous même. Cela serait dommage de déflorer le coeur de ce roman.

C'est la voix de Sudha et d'Anju que nous entendrons, tour à tour, dans ces pages.

Sudha et Anju ont été élevées comme des soeurs dans la même maison de Calcutta. Elles vivent dans un milieu presque exclusivement féminin avec leurs deux mères respectives et leur tante qui est veuve ; Pishi. Leurs pères meurent, à toutes les deux, le jour de leur naissance. Le Bidhata Purush ne s'est pas montré magnanime.

 

" Les vieilles légendes racontent que, durant la première nuit qui suit la naissance d'un bébé, le Bidhata Purush en personne descend sur terre pour décider du sort de l'enfant. C'est pour cette raison qu'on baigne les bébés dans le l'eau parfumée au santal et qu'on les enveloppe dans du malmal rouge tendre, couleur de la chance. C'est pour cette raison qu'on dépose des sucreries à côté du berceau. Du sandesh aux feuilles argentées, des pantuas bruns flottant dans du sirop doré, des julipis, glacés au miel, d'un orange aussi vif que le coeur d'une flamme. Si la chance sourit à l'enfant, il ne restera plus rien de ces sucreries le lendemain matin. "

 

 

Il y a dans ce livre les odeurs de l'Inde et les couleurs chatoyantes des saris, la douceur et la fluidité des tissus de satin.

Mais il y a aussi la dure réalité des mariages arrangés et de l'emprisonnement que cela représente :

 

" L'année s'écoule ainsi. Certains jours immobiles et opaques, comme si j'étais dans le coma, en attendant que ma véritable vie reprenne. D'autres, parfois, agités de soubresauts, haletants et postillonnants, me rappellent que ma courte vie de liberté est sur le point de s'achever. Bientôt le monde se limitera pour moi à ces murs et à ces figuiers. Tandis qu'Anju, jusqu'où ira t-elle, en me laissant derrière ? Comme je lui paraîtrai terne quand elle rentrera à la maison, aussi éclatante qu'un tournesol gorgé de lumière. Quand le temps viendra de m'échapper de ma prison, en aurai-je la force ? Ou serai-je comme l'oiseau trop apprivoisé qui préfère sa cage à la vaste étendue bleue du ciel, si effrayante ? "

 

Il y a là l'affection entre deux soeurs, un sacrifice et un don de soi total.

Et la découverte de l'amour :

 

" Mais elle s'est déjà assise à côté de Sunil, épaule contre épaule, et a ouvert le livre. Je ne la blâme pas. Je sais ce que c'est que d'avoir son sang qui bat au rythme de celui d'un homme, de ne pouvoir penser à rien d'autre qu'au fait qu'il est là, près de vous. De ne désirer qu'une chose : rester seule avec lui, pour toujours. De ne conserver pour tous souvenirs que la brûlure satinée de ses lèvres, la légèreté de ses mains qui volettent sur votre corps comme des étourneaux, son odeur d'aubépine sauvage, semblable à nulle autre. Aviez-vous une vie avant lui ? Vous n'en savez rien. La seule chose que vous sachiez est que si vous ne le revoyez pas, vous mourrez. " 

 

" Je suis du sucre filé, je fonds sous sa bouche. Je suis du vin doux, qui nous intoxique tous les deux. Je suis la femme la plus heureuse du monde. "

 

Inde2

 

Il y a aussi des passages allèchants, avec le goût des saveurs, des âromes, des effluves de bonheur :

 

" La mère de Sunil est une fervente cuisinière. Comme pour tant de femmes, faire la cuisine est sa façon d'exprimer son amour. Sa tâche serait plus facile si son mari n'était pas si tatillon. Elle réussit réanmoins à réaliser des dîners qui sont de véritables oeuvres d'art. Ce soir elle a fait un dal de musoor avec des mangues vertes, aliments excellents d'après le père de Sunil pour adoucir le caractère, mais qui ne semble pas agir dans son cas. Il y a du riz basmati vieilli (facile à digérer), de la purée de pomme de terre accompagnée de potiron amer (pour nettoyer le sang), et un curry de gombos au gingembre (pour stimuler les organes digestifs). "

 

Mais ce que je retiendrais en premier de ce roman, c'est cet amour grandiose, cette affection sublime, qui unit Sudha et Anju.

 

" Mais finalement j'ai compris. Ce que les gens ne supportent pas, c'est le bonheur que nous éprouvons, Sudha et moi, d 'être ensemble. De n'avoir besoin de personne d'autre.

Il en est ainsi depuis notre naissance. Avant même que j'ai su marcher, m'a raconté Pishi, je me faufilais en rampant dans le dédale de couloirs, à la recherche de Sudha, et nous poussions des hurlements de rire quand je finissais par la trouver. Nous nous amusions pendant des heures, jouant avec les orteils, les doigts et les cheveux l'une de l'autre, et quand tante N arrivait pour emmener Sudha, nous nous mettions dans une telle colère qu'elle battait en retraite. C'était bien la peine, disait-elle à Pishi d'un ton amer, d'avoir enduré les douleurs de l'accouchement, pour se retrouver, au bout du compte, sans fille.

Toute notre enfance, nous avons pris notre bain ensemble, mangé ensemble, souvent dans la même assiette, nous tendant l'une à l'autre nos aliments favoris : triangles de parothas, bruns et craquants, aubergines frites, boulettes de rasogollah sucrées et spongieuses. Notre jeu préféré c'était d'interpréter les contes de fées que Pishi nous racontait, Sudha était toujours la princesse et moi le prince qui venait la sauver. La nuit, nous couchions dans des lits jumeaux, dans ma chambre, bien que Sudha eût sa propre chambre, à côté de celle de sa mère, un  mausolée sombre et laid, rempli de vieux tableaux à l'huile et de lourds meubles d'acajou. Nous chuchotions, nous gloussions, jusqu'à ce que Pishi viennne menacer de nous séparer. Et quand nous faisions des cauchemars, au lieu de chercher le réconfort auprès de nos mères, nous nous serrions l'une contre l'autre, dans le même lit..../...

.../... Ils ne comprenaient pas que jamais Sudha et moi ne nous étions senties meilleures que les autres. Simplement, nous nous fournissions l 'une à l'autre tout ce dont nous avions besoin. Comme dit Pishi : pourquoi aller jusqu'au lac chercher de l'eau quand on a un puits dans sa cour ? "

 

Bien sûr, je vais me précipiter pour aller commander le deuxième tome " la liane du désir ". Il me faut la suite... Et très vite...

 

Et je vais, de ce pas,  lire les avis de mes accompagnatrices.

 

Les lectures de Lounima, Antigone et George 

 

Ma soeur, mon amour

Chitra Banerjee Divakaruni

Editions poche 10/18

 

 Challenge " Bienvenue en Inde " (cliquer sur le logo pour le lien)

Repost 0
l'or des chambres - dans Littérature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de l'or
  • Le blog de l'or
  • : Je suis une jeune femme passionnée de littérature... Mon blog sera surtout un concentré de ma plus grande passion : la lecture... Il y aura aussi quelques touches de peintures, de cinéma, de musiques et un peu de ma vie aussi... L'Or des Chambres pour un hommage à la très grande Françoise Lefèvre dont j'emprunte le titre d'un de ses livres.
  • Contact

Lectures (et défis) en cours

" Le bon critique est celui qui raconte les aventures de son âme au milieu des chefs-d'oeuvre" Anatole France, phrase lue chez l'Irrégulière 

 

Wikio - Top des blogs - Littérature  

      

 Découvrez Hellocoton      

 

 I ♥ mon libraire

 Gaëlle la libraire     

 

Meuse l'oubli

Meuse l'oubli 

 

Nos vies désaccordées

Nos vies désaccordées

 

Ariel

Ariel de Sylvia Plath       

 

Le Docteur Jivago

Le docteur Jivago pour "Un hiver en Russie" (jusqu'au 21 mars) avec Touloulou   

 

Ernest et Célestine - Le roman d'Ernest et Célestine  

Le roman d'Ernest et Célestine dont je fais la lecture à PetitDernier tous les soirs 

 

Par ici, c'est chaque jour une nouvelle photo de Doisneau, Atelier Robert Doisneau

 

Par là, le Bonheur du jour 

Recherche

J'aimerais lire très bientôt...

 

Rose-Aimée - Rose-Aimée, T1

Rose Aimée T1

 

Shutter island

Shutter Island

 

L'arbre du père

L'arbre du père    

 

Les ignorants

Les ignorants 

Archives

Lectures communes

Les mains nues

Les mains nues de Simonetta Greggio avec Laure

Pour le 27 mai

 

 

Le Seigneur des anneaux - Le Seigneur des anneaux, T2 

Le seigneur des anneaux tome 2, les deux tours

Décembre avec Za et Malou 

 

Villa Amalia

Villa Amalia

avec George

 

Une adoration

Une adoration

avec George

 

 

 

Derniers coups de coeur

Sous la glace

Sous la glace

 

 

Les femmes du braconnier

 

La terre fredonne en si bémol

 

Cent ans

 

Le canapé rouge

 

Les insurrections singulières

     

Fugue 

  

Garden of love

 

Jours de juin

 

Le coeur cousu

 

Julius Winsome

 

  Le reste est silence

 

 Le treizième conte

 

Mademoiselle Chambon

Billets à venir

Twilight - Twilight, T4

Twilight T4

 

Twilight - Twilight, T3

Twilight T3

 

Twilight - Twilight, T2

Twilight T2

 

Twilight - Twilight, T1

Twilight T1

 

La fois où je suis devenu écrivain

Là fois où je suis devenu écrivain

 

Un temps fou

Un temps fou

 

Sac d'os

Sac d'os

 

L'enlèvement

L'enlèvement

 

Cette nuit-là

Cette nuit là

 

Hunger Games - Hunger Games, T3

Hunger games T3

 

Les demeurées

Les demeurées

 

Hunger Games - Hunger Games, T2

Hunger games T2

 

Eux sur la photo

Eux sur la photo

 

Habibi

Habibi (BD)

 

Paradise

Paradise

 

Les trois lumières

Les trois lumières

 

Thérapie

Thérapie

 

Orgueil et préjugés

 

Hunger Games - Hunger Games, T1

Hunger Games

 

Le Seigneur des anneaux - Le Seigneur des anneaux, T1

Le seigneur des anneaux T1

 

La reine des délices

La reine des délices

 

Fais-moi peur

Fais moi peur

 

Sous la glace

Sous la glace

 

Eloge de la faiblesse

Eloge de la faiblesse

 

Winter

Winter

 

Je ne suis pas celle que je suis

Je ne suis pas celle que je suis

 

Chienne de vie

Chienne de vie

 

La vieille anglaise et le continent

La vieille Anglaise et le continent

 

Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T3

Le sommet des Dieux, tome 3

 

Sobibor

Sobibor

 

Les oreilles de Buster

les oreilles de Buster

 

 New York, journal d'un cycle

New York, journal d'un cycle

 

Le premier été 

Le premier été

 

 Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T2

Le sommet des dieux T2

 

L'odeur du figuier, un parfum de délicieuse mélancolie

L'odeur du figuier

 

0.4

0.4

 

Les collines du tigre

Les collines du tigre

 

Miel et vin

Miel et vin

 

Un certain vertige

 

Le blues des Grands Lacs

Le blues des grands lacs

 

Quinze kilomètres trois

Quinze kilomètres trois

 

Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T1

Le sommet des dieux T1

 

L'échappée belle

L'échappée belle

 

  Les années douces - Les années douces, T2

Les années douces T2

 

Le caveau de famille

Le caveau de famille

 

Le mec de la tombe d'à côté

Le mec de la tombe d'à côté

 

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

 

Rosa Candida

Rosa Candida

 

Azilis l'épée de la liberté

Azilis l'épée de la liberté

 

Ouragan

Ouragan

 

Les tendres plaintes

Les tendres plaintes     

Challenges 2013

tour-du-monde-1

Le tour du monde en 8 ans

 

Challenge Irlande : illimité !!

 

Fin : 31 Juillet 2013

 

objectif-pal-001[1]

Objectif PAL Noire by L'Or et George ; illimité

 

http://img15.hostingpics.net/pics/279733ILEDESERTE2.jpg

Fin : 01 Août 2013 (ou plus)

 

   

Fin : 30 septembre 2013

 

Fin : 30 juin 2013

 

Il viaggio

Fin : 31 Octobre 2013

 

Fin : Décembre 2013 (prolongation) 

 

Challenge littéraire

Repris par Anne 

Fin 31 décembre 2013     

 

Liste des participants

Fin : novembre 2013  

 

challenge gilmore girls 2013

Repris par Touloulou

Date de fin : 08 octobre 2014 

 

challengeQuatreSaisons    

Prolongation jusqu'au 21 décembre 2013

 

dc3a9fi_scandinavie_blanche

            3/5 Ici et  et

Fin : 31 décembre 2013 Repris par Lystig 

 

Fin : 28 Juillet 2013

 

logonaturewriting1 

-/5

Fin : décembre 2012 (Folfaerie m'a donné une prolongation pour cette année, merci à elle !!)

 

  Challenge Colette

-/3

Fin : 23 Septembre 2013 (Prolongation) 

 

Ici, et là 

3/3

Fin : 21 Juin 2013

 

Femmes du mondel ogo  

Cent ans Wassmo

La terre fredonne en si bémo l- Strachan

Les femmes du braconnier - Pujade Renaud

Fin : décembre 2012 (renouvelable)    

 

2/10 Re-Prolongation du challenge :

Fin : 05 avril 2014  

 

Prolongation du challenge

Fin : 30 septembre 2013    

Index auteurs


Agus Milena - Battement d'ailes

Ahern Cecelia - Un cadeau du ciel

Beckett Bernard - Genesis

Benameur Jeanne - Les insurrections singulières

Bertholon Delphine - L'effet Larsen

Brisac Geneviève - 52 ou la seconde vie

Cabasson Armand - La reine des mots

 Calvetti Paola -L'amour secret

Chabrol Caroline - Sous les cahiers, la mort

Cohen Welgryn Myriam - Mères - Myriam Cohen Welgryn
Constantine Barbara - A mélie, sans mélo

Delaflotte Mehdevi Anne - Fugue

Dickens Charles - Un chant de Noël
Divakaruni Chitra Banerjee -Ma soeur, mon amour

Donovan Gérard -Julius Winsome

Estibal Sylvain - Le dernier vol de Lancaster
Ferney Alice - Paradis conjugal
Giraudeau Bernard - Cher amour

Girerd Jacques Rémy, Benoît Chieux - L'enfant au grelot  (album enfant)
Glass Julia - Jours de juin

Guelfenbein Carla - Le reste est silence

Haasse Hella S. -La source cachée
Hannah Kristin - La magie du bonheur

Henrichs Bertina -La joueuse d'échecs 

Herry Jeanne - 80 étés

Hobbie Holly - Juste à temps pour Noël - Holly Hobbie (album enfant) 
Holder Eric - Mademoiselle Chambon

Kamimura Kazuo - Lorsque nous vivions ensemble 1
Kamimura Kazuo - Lorsque nous vivions ensemble 2

Kingsolver Barbara - Un été prodigue

Kortepeter Paul et Susan Wheeler - Youpi, pas d'école  (album enfant)
Lemoine Annie - Les heures chaudes

Lethielleux Maud - Dis oui, Ninon
Levraud Murielle - Le soir autour des maisons 

Malte Marcus - Garden of love

Martinez Carole - Le coeur cousu

Matheson Richard - Je suis une légende

Mazurel Claire et Marie H. Henry - Demain c'est Noël (album enfant)
Mégnin Jean-Philippe - La voie marion

Meyer Stephenie - Les âmes vagabondes

Miller Rebecca - Les vies privées de Pippa Lee 

Moning Karen Marie - Fièvre noire

Mosse Kate - Les fantômes d'hiver

Picasso Marina - Grand-père
Rice Luanne - Les carillons du bonheur
Ryan Carrie -La forêt des damnés

Sampioro Dominique - La petite présence
Scholes Katherine - Les amants de la terre sauvage

Setterfield Diane - Le treizième conte
Sigurdardottir Steinnunn - Le Cheval Soleil
Tardieu Laurence - Comme un père

Vann David - Sukkwan Island   
Vigan Delphine De - No et moi

Woolf Virginia - Mrs Dalloway