Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 14:13

Ma vie,

 

Tu t'en vas sans moi, ma vie.

Tu roules.

Et moi j'attends encore de faire un pas.

Tu portes ailleurs la bataille.

Tu me désertes ainsi.

Je ne t'ai jamais suivie.

Je ne vois pas clair dans tes offres.

Le petit peu que je veux jamais tu ne l'apportes.

A cause de ce manque, j'aspire à tant.

A tant de choses, à presque l'infini...

A cause de ce peu qui manque, que jamais tu n'apportes.

 

La nuit remue (extrait) Poésie Gallimard

 

         

                                    Henri Michaux, 1958, encre de Chine sur papier de 32 x 24 cm,

                                                Musée national d'art moderne, Paris.
 
     Henri Michaux, 1661, sans titre
 
C'est un texte tellement fort, qu'il est inutile de rajouter quoi que ce soit...
 
Participation aux dimanches poétiques de Celsmoon.
Les autres participantes ici. 
 
Envie d'un petit morceau de nostalgie ?
 
 

 

Repost 0
l'or des chambres - dans Poésie
commenter cet article
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 15:16

lemonade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Taguée par In Cold Blog et par Pascale

  

Signe particulier : Bof, le seul signe particulier que je me vois c'est que, depuis toute petite, je me balade partout avec un livre à la main... Banal vous allez me dire, pour une LCA... Mais c'est comme ça... Et encore, je me suis arrangée, parce que petite, j'allais même à table avec un livre... Mes parents n'y trouvaient rien à redire parce que ma mère était pareille (bon, elle ne lisait quand même pas à table...) 

 

Mauvais souvenir : Waou, extrêmement intime comme question... Je me torture les méninges depuis des jours pour trouver un mauvais souvenir qui ne soit pas trop personnel... Alors oui, j'ai trouvé... Je devais avoir quinze ans ou un peu plus, nous rentrions en voiture, avec ma mère qui conduisait, nous revenions de chez le vétérinaire où ma chienne venait de se faire opérer, quand ma chiennne a soudain hurler à la mort pendant quelques secondes,  puis s'est calmée... En fait elle est morte dans mes bras. C'était il y a des années mais je m'en souviens encore comme si c'était hier... Nous l'avions depuis toute petite, elle avait quelques mois à peine (et moi guère plus) quand elle est arrivée chez nous... Elle a eu une belle et longue vie (quinze ans, c'est une longue vie pour un chien)... et heureuse...  

Mais j'ai encore les larmes aux yeux quand je repense à cet instant !

 

Défaut : Certainement le fait que je sois beaucoup trop rêveuse et mélancolique...

 

Film bonne mine : Comme film "remonte moi le moral" j'adore les films bien guimauve... J'aime beaucoup " Vous avez un message " ou " The Holiday ". Ou encore "Odette Toulemonde". Bien sucrés à souhait...

 

 

 

Souvenirs d'enfance : Mes plus beaux souvenirs d'enfance c'est, sans aucun doute, nos vacances à Juan les Pins, alors que j'étais encore toute petite. Nous allions dans un camping familial, minuscule (en fait un grand jardin) où tout le monde se connaissait et venait depuis des années. Je me souviens des pins odorants, du soleil et de ma peau bronzée. Je me souviens que ma mère me lavait dans une toute petite bassine, dans ce jardin. Je me souviens du petit singe en cage, et de ses cris, devant le garage où nous passions tout les jours pour aller à la plage... Je me souviens du passage sous un pont juste avant d'arriver à cette même plage et de cette odeur, que je reconnaîtrais encore maintenant. Une odeur salée et iodée des algues et de l'eau de mer qui stagnaient là... Je me souviens de nos promenades le soir, quand le soleil se couchait, dans une forêt d'eucalyptus et de pins dont nous ramassions les pignons à terre et dont nous écrasions la coquille entre deux pierres pour en manger l'intérieur... Je me rappelle encore du goût que ça avait... et de l'odeur des eucalyptus (mes souvenirs sont toujours très olfactif, je m'en rends compte de plus en plus souvent).

 

Les feuilles des eucalyptus sont extrêmement reconnaissable...

 

Juan les Pins

 

Oh la la, quel retour en arrière !!! Ces souvenirs de vacances à Juan les Pins, cela faisait bien longtemps qu'ils ne m'étaient pas revenus aussi clairement...  

Pour cela je remercie Pascale et In Cold Blog !!!

 

Maintenant il s'agit de renvoyer ce tag limonade. Pour ma part, en été, je ne suis pas très limonade... Non, moi ce que j'aime c'est des grands verres de thé glaçé (si c'est du thé des Alizés, au bon goût de pêche, c'est encore mieux). Du thé vert de préfèrence, avec des rondelles de citron et des feuilles de menthe fraiches de mon jardin. Bon j'arrête là sinon je vais vous faire baver d'envie...

 

Pour moi, cela sera donc un bon thé glaçé que je renvoi, ça ne va pas être évident puisque j'ai tagué pas mal de monde hier... En plus, normalement, il en faut dix.

 

Allez on y va. Je tague : Lily, Antigone, Bel-Gazou, Nanne, Mélopée, Richard, Val , Cagire , Morrison et Liyah...

Alors, les filles (et les deux gars) on relève le défi ???

 

 

Un petit bonus... parce que je vous aime... une petite chanson d'été de l'album de Laurent Voulzy, la septième vague :

 

Je vous embrasse.

 

Repost 0
l'or des chambres - dans Tags
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 11:00

Taguée par Clara, il s'agit de répondre à cette seule et unique question : comment je choisis mes livres...

 

                                          Almeida Júnior [ Leitura ] 1892

 

Je pense que ma première, et plus importante façon est ma manie d'écumer les librairies... Ce que j'aime le plus c'est la découverte surprise d'un livre, dont je n'ai jamais entendu parler, et dont je ne connais absolument pas l'auteur... C'est ce coup de foudre direct pour un ouvrage, tout simplement en lisant le résumé et en lisant les premières lignes...

Je crois que c'est cela que je préfère entre tout, c'est cette surprise là !!!

Un livre, un inconnu que je découvre là, sur les rayons, perdu entre tous et qui a tout, absolument tout pour me plaire...

Le sujet n'a, souvent, pas beaucoup d'importance. Ce qui m'attire le plus c'est le style, l'écriture de l'auteur...

Si elle m'accroche tout de suite c'est gagné !

J'ai ce besoin, cette envie de visiter au moins une fois par semaine une librairie. La seule raison qui pourrait m'en empêcher c'est d 'être malade, clouée avec de la fièvre...

Mais sinon c'est une chose incontournable, mon vrai grand bonheur de la semaine et cela où que je sois.

 

Je lis aussi beaucoup les critiques dans les magazines.

 

Et bien sûr les coups de coeur sur vos blogs, et malheureusement (ou heureusement) depuis que je les lis, j'ai, beaucoup, beaucoup, plus de coups de coeur !!!

 

Il y a aussi les auteurs pour qui je ne me pose même pas de questions et dont j'achète systématiquement le nouveau livre... C'est le cas de Claudie Gallay, Simonetta Greggio, Françoise Lefèvre, Nancy Huston... Il y en a sans doute beaucoup d'autres, dont les noms ne me seront pas venus de suite à l'esprit...

 

Il y a aussi des éditeurs pour qui j'aurais toujours une attention particulière... Comme les éditions Actes Sud bien sûr, ou celle de Sabine Wespieser, ou encore celle du Rouergue... ou les éditions des Deux Terres... 

 

Mais évidemment, c'est toujours, toujours, un vrai bonheur de choisir, d'humer les nouveautés ou de tomber sur un livre déjà vu et de ne plus pouvoir partir sans lui...

 

J'ai oublié de dire aussi que je choisis mes lectures beaucoup selon les saisons et les mois de l'année... En septembre et octobre je me concentre sur des lectures assez sérieuses, en novembre et décembre du romanesque et des lectures de Noël. Janvier, fèvrier, mars et Avril à nouveau des lectures plus sérieuses et en été des lectures qui me font voyager... J'adore à ce moment là, lire des récits de personnages en vacances, ou alors des polars... Et voilà comment filent mes années...

 

Bref, avoir une belle et grande passion est quand même un sacré avantage dans la vie !!!

 

Edit du 11 juin  : j'ai oublié de vous parler aussi de mes passages sur les sites des nombreux éditeurs que je visite régulièrement. En général au début de chaque mois. Je visite aussi les éditions poche pour voir ce qui va sortir. Merci Mya Rosa de m'y avoir fait penser...

 

 

                                          Jonathan Burton

 

 

J'aimerais savoir comment Cécile, Mya Rosa, Tulisquoi, Sandy, Sandrine, Aurore, Pascale, Juliette, Lounima et Mirontaine choisissent leurs livres !!! Bien sûr, sans aucune obligation...

 

                                                         Dave Cicero [ Marilyn Monroe ] 1947

 

Un tout autre sujet... : je suis folle de joie parce que je viens d'avoir ma première proposition

pour recevoir des livres et les commenter sur mon blog...

Puisque c'est la première fois j'aimerais que vous m'éclairiez un peu sur ce sujet... Je suppose que les livres sont pour nous après ? En général, combien de temps mettez vous à en parler sur votre blog ? N'avez vous pas une certaine hésitation à dire qu'un livre ne vous a pas plû quand ils arrivent à vous de cette façon ? J'attends avec impatience vos commentaires.

En tout cas, j'ai dès lors et déjà accepté l'envoi de ces livres et je les attends de pieds fermes... Je vous en parlerais très bientôt !

Merci d'avance pour vos réponses !

Repost 0
l'or des chambres - dans Tags
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 13:04

Jours de juin        Jours de Juin

 

Lecture commune avec Theoma et Keisha 

C'est ma deuxième lecture de cet auteur. " Refaire le monde " avait été un de mes coups de coeur de mon été 2009 et franchement je resigne direct pour un troisième roman avec elle...

C'est un livre qui fait 656 pages mais on ne voit pas le temps passer !

Fenno est un personnage qui a une place assez importance aussi dans " Refaire le monde ", mais ça n'est pas très important de commencer par l'un ou par l'autre.

 

" A la condition d'y consacrer assez d'énergie, l'amour ne finit jamais. "

Jim Harrison, La route du retour

Phrase en bonne place, avant les premières lignes du livre.

 

Ce roman se situe sur trois périodes, trois étés de la famille McLeod.

Le premier en 1989. Paul vient de perdre sa femme Maureen et part en Grèce pour ne plus ressacer ses souvenirs encore et encore...  

 

" Paul avait choisi la Grèce pour sa blancheur annoncée : la chaleur incandescente du jour, l'affluence nocturne des étoiles, l'éclat des maisons chaulées le long de la côte. La Grèce aveuglante, brûlante, somnolente, fossilisée. "

 Grèce

 

 

 

leucade -grèce

 

Si Paul est malheureux, il n'a pas l'intention de faire une croix sur sa vie.

 

" Paul soupire, " Je ne suis pas un grand collectionneur. " Plus exactement, il aurait pu dire qu'il n'est pas venu ici pour en rapporter des souvenirs mais pour les oublier, pour y apporter une partie des siens et les laisser tomber comme des pierres, un par un, dans la mer. "

 

Cette première partie nous permet aussi de faire la connaissance de Maureen, une femme dynamique et déterminée. Elle tenait un élevage de Collies, des chiens, gardiens de moutons.

Un rêve qui lui tenait à coeur et dont elle fait mention dès sa première rencontre avec Paul.

Il est aussi question des derniers jours de Maureen qui mourra d'un cancer des poumons. 

 

Notre deuxième partie est concentré sur Fenno, l'un de leurs trois fils. Dennis et David, sont ses frères jumeaux. Fenno se sent un peu à l'écart de cette famille, différent, mais est-ce seulement parce qu'il est homosexuel ? Fenno n'aura jamais l'occasion de parler de son homosexualité avec son père. C'est sans doute quelque chose qui lui pèsera toute sa vie. La deuxième partie commence sur les retrouvailles de nos trois frères, lors de l'enterrement de leur père, Paul. Fenno se sent plus à l'aise avec Dennis, cuisinier, que de David, un peu railleur...  

 

" Avant même que j'ai atteint la porte d'entrée, Dennis me serre dans un étau parfumé à l'ail. Dennis et David sont tous les deux sensiblement plus grands que moi, mais Dennis me dépasse presque d'une tête, et la sensation que me procure son étreinte est sans conteste fraternelle, dans le meilleur sens du terme.../... Toute la tendresse, toute la gentillesse des deux côtés de notre famille, présente chez nos parents, certes, mais pas à un tel degré, ont dû couler comme de la sève au travers de notre arbre généalogique pour se condenser dans le débordement affectueux de mon plus jeune frère. Dennis est ce rare cliché devenu réalité : un joyau, un diamant à l'état brut. " 

 

Là, nous voilà en plein coeur d'une belle histoire de fratrie. Dennis et David sont mariés, Dennis a des filles mais David et Lillian n'ont pas d'enfants... Ce qui donnera suite à un évènement important dont je ne vous parlerais pas ( je ne vais tout de même pas tout vous raconter...). A cela se rajoute aussi la rencontre de Fenno avec Mal, critique musical, atteint du sida. J'avoue que qu'il y a un passage qui m'a donné les larmes aux yeux, et c'est une chose qui m'arrive rarement lors de la lecture d'un livre.

Il ne faut pas oublier non plus Felicity, l'oiseau tellement tendre et affectueux dont Mal fera cadeau à Fenno, (sans en avoir trop le choix.)

 

La troisième partie (mais je serais bien resté plus longtemps avec Fenno...) est  consacré à Fern. Cette jeune femme dont Paul avait fait connaissance lors de son voyage en Grèce. Bien sûr tout cela se regroupe et nous ne perdons pas de vue Fenno ni ses frères...

L'histoire en elle même n'est pas la plus importante.

L'important c'est le style de l'auteur et son lyrisme. Les pages s'enchainent les unes après les autres et il n'y a pas de temps mort. Je n'ai ressenti de l'ennui à aucun moment, ce qui n'est tout de même pas évident, vu le nombres de pages.

Fenno est un personnage très attachant. Un homme que l'on aimera bien connaître et avoir pour ami.

Si " Refaire le monde " pouvait faire partie des livres que j'appelle " bonbons au miel ", " Jours de juin " est plus grave, plus triste. Attention, je ne dis pas du tout que c'est un livre déprimant mais le sujet est plus pesant que dans " Refaire le monde ". Malgré ça je considère que ce livre est un petit délice, un vrai, vrai moment de bonheur...

Vivement le prochain...

C'est un livre doux, tendre, moelleux...

Je vous le recommande fortement...

Avec ce livre vous vous promenerez entre la Grèce, l'Ecosse et New York...

Il y a aussi des pages délicieuses et gourmantes qui parlent de cuisine...

Et sans oublier le monde des livres, parce que j'ai oublié de vous dire que Fenno tient une librairie avec passion...

Bref, lisez le, vous ne le regretterez pas !

 

Un dernier passage, pour le plaisir :

 

Véronique, la femme de Dennis :

 

" - Ce jardin, vois tu, me rappelle ma vie avant l'arrivée des filles. Oh, une vie délicieuse, une vie pleine de couleurs et de passions. Et ce petit bois de cerisiers, dirais-je, est à l'image de mon mariage avec Dennis. Mais avoir des enfants... avoir des enfants, c'est comme planter des roses, du muguet, des lavandes, du lilas, des gardénias, des giroflées, des tubéreuses, des jacinthes... C'est atteindre une sensation de plénitude, une sensation merveilleuse que l'on ne connaissait pas auparavant. C'est donner à son jardin une autre dimension. Le parfum de la vie même. "

 

Un passage magnifique page 450, 451 et 452 (il est un peu trop long pour vous l'écrire), à lire absolument.

 

Et quand à moi, je file lire l'avis de Theoma et de Keisha.

 

Jours de juin

Julia Glass

Editions des deux terres et Points poche

 

42823900 p[1]  Objectif PAL

Repost 0
l'or des chambres - dans Littérature
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 11:07

mikolaitis-andriani.jpg

Andriani Mikolaitis (peinture trouvé chez Lali)

 

Je crois que pour l'instant inutile de vouloir faire mieux... J'ai pris un rythme de croisière qui ne dépasse jamais cinq ou six livres par mois... Ce n'est pas si mal mais j'aimerais vraiment faire mieux. Pour diminuer ma PAL plus rapidement ça serait quand même plus pratique... Mais bon, inutile de rêver : je n'arrive pas à plus ! J'ai l'impression désagréable de courir après le temps en ce moment, mais il ne se laisse jamais attraper le coquin... Je me débats pour réussir à tout faire et le résultat est plus que mitigé... J'ai 11 billets lectures et trois tags en retard ! Ce mois j'ai vraiment fait pire : sur toutes mes lectures je n'ai fait qu'un seul billet...

Il faut vraiment que j'arrive à rattraper tout cela !!!

Heureusement, c'est bientôt les vacances scolaires, on pourra souffler un peu... Les enfants n'en peuvent plus... Et je les sens de plus en plus stressés.

Si seulement le soleil se mettait de notre côté...

Pour nous donner un petit coup d'énergie et de vitalité...

 

Mais comment font celles qui lisent un livre par jour ???

 

Ah la la, vivement l'été et les vacances !!!

 

Alors, commençons par un coup de coeur :

 

- Le coeur cousu  de Carole Martinez  Le coeur cousu

Un livre foisonnant et sublime qui fait partie de ceux que l'on n'oublie jamais... Une très belle histoires de femmes, de soeurs, de magie... Un livre qui fait voyager et vous emporte...

Bref un vrai, vrai coup de coeur et une superbe rencontre avec un auteur incroyable !

 

J'ai beaucoup aimé aussi :

- Avis de tempête de Susan Fletcher  Avis de tempête

Un très beau livre mais que je n'ai pas lu aussi vite que ça... Je pensais le dévorer... et non il m'a pris beaucoup de temps. Là encore une histoire de soeurs, mais aussi de remords et de regrets... La tristesse d'un destin interrompu mais aussi le plaisir de la lecture d'un vrai destin de femme. (Billet à suivre)

- Rien que du bonheur de Laurie Colwin  Rien que du bonheur

Un recueil de nouvelles que j'ai vraiment apprécié. Mais ce n'est pas étonnant : Laurie Colwin est une de mes auteurs préférés. Des histoires de couples douces et amères à la fois... Un vrai petit régal. (Billet à suivre)

- Aujourd'hui de Colette Fellous  Aujourd'hui

Une auteur que je découvre. Pas un roman mais des fragments de souvenirs d'une adolescence bousculée par un évènement historique violent. Très intéressant et sensible. (Billet à suivre)

 

- Mistik Lake de Martha Brooks  Mistik Lake

Un livre jeunesse que j'ai vraiment beaucoup apprécié. Là encore une histoire de soeurs (c'est amusant cette loi des séries, on dirait que j'y étais abonné ce mois là...)

Mais aussi un secret et une histoire d'amour naissante très belle. Des personnages vraiments très attachants. Là aussi un vrai plaisir de lecture ! (Billet à suivre)

 

Bonnes lectures à toutes et à tous !

Repost 0
l'or des chambres - dans Bilan du mois
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 14:22
 
J'ai de ta peau en-dessous des ongles
Et de tes cheveux sur mes nylons
Encore un peu de ta salive
Sur les lèvres et le menton

J'ai de tes caresses dessinées
Comme un automne sur mon dos
Et, sur mes tempes, j'ai ton absence
Qui s'est échouée comme un marteau

J'ai de ta peau en-dessous des ongles
Et de tes vêtements sur le sol
Encore un peu de ton parfum
Mêlé de sueur et puis d'alcool

J'ai de tes promesses qui m'reviennent
Comme un remords, comme un écho
Comme une espèce de vieille rengaine
En souvenir à la radio

J'ai de tes manies dans les gestes
Et de tes gestes dans les mains
De tes empreintes sur les fesses
Et ton absence ... dans les reins

J'ai de ta peau en-dessous des ongles
Et de mes larmes sur les doigts
De tes cigarettes encore longues
Que j'finirai d'fumer pour toi

J'ai des envies que je refoule
De décrocher le combiné
Pour te laisser savoir la boule
Au fond d'ma gorge, qui s'est coincée

J'ai de ta peau en-dessous des ongles
Qui viennent encore de s'accrocher
Qui avaient la conviction profonde
Que tout ton corps allait céder

Et puis voilà que j'me retrouve
Griffes sorties et cœur béant
Défaite et sale comme une louve
Qui s'est battue pour son enfant ...
Et qui a perdu !

... Et qui a perdu !

 

Paroles et musique : Lynda Lemay 1996

 

 

 

Je continue sur la découverte des textes de chansons. Je pense que tout le monde connait cette chanteuse canadienne qui a un talent fou !!! J'aime Lynda Lemay depuis mon coup de foudre pour un album qu'une amie très chère à mes yeux (et que j'ai pratiquement perdue depuis) m'avait fait découvrir. Un album qui ne portait pas de nom à part celui de la chanteuse. Il y avait cette chanson : "La louve " qui m'avait vraiment fait battre le coeur... Ses textes sont absolument fabuleux... Depuis je suis une fidèle. Mon admiration lui est désormais acquise. J'aime ses textes, j'aime ses mélodies douces amères. J'aime les vérités qu'elle assène avec une tranquille assurance. J'aime ses petites histoires sublimes qu'elle chante comme elle respire. 

Bref je suis une fan convaincue !!!

" La Louve " est un texte profondément émouvant. Une des plus belles chansons d'amour et de passion que je connaisse (mais bien sûr, il y en a beaucoup, beaucoup d'autres...) 

Prenez le temps de lire ce texte, il en vaut vraiment le coup... C'est un texte extrêmement sensible et magnifique. Comme un uppercut direct au ventre.
Ecoutez là...
 
       
 
 
Participation au dimanche poétique de Celsmoon.
Repost 0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 13:34
http://www.commeaucinema.com/flvplayerprx.php" />
L'Arbre
Un film de Julie Bertuccelli, avec Charlotte Gainsbourg, Marton Csokas et Aden Young
Sa sortie en salles est pour le 11 Août 2010
C'est un film présenté en Sélection Officielle, Hors compétition au Festival de Cannes le 23 Mai 2010
  
Ce film est tiré du livre de Judy Pascoe au titre de : " l'arbre du père "
Publié aux éditions "Autrement" mais il est désormais indisponible :
 
L’Arbre du père
 
 
 
 
 
 
 
 
Le seul billet que j'ai pu trouver est ici.
Heureusement une sortie en poche est prévu chez 10/18. Il devrait sortir pour le 19 août 2010.
La future couverture n'est pas encore visible. J'espère  qu'il paraîtra dans les temps.
Je dois dire que j'attends avec impatience la sortie, et du livre, et du film...
J'ai eu un véritable coup de coeur pour l'extrait que j'ai vu. Peu après je suis tombée sur un billet de Lily.
Je ne vais pas très souvent au cinéma je dois dire... Mais celui là je n'ai vraiment pas envie de le louper !!!
De plus j'adore Charlotte Gainsbourg, qui est de plus en plus belle...
Vous pouvez faire un petit tour ici, pour voir quelques photos du film.
Alors, qu'en pensez-vous ?
Repost 0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 16:31

 

 

J'étais là tu vois, lui à côté de moi
On avait six ans
On jouait comme des enfants, au docteur
Au docteur

J'étais là, je voyais sur son corps les plaies,
Les marques, les bleus
J'en croyais pas mes yeux,
Mes yeux

Et lui qui m'disait "J'suis un dur
Tu vois les brûlures là, sur mes bras
J'les sens pas
J'les sens pas"

J'étais là, j'ai rien dit
Et puis j'suis partie de chez lui
Si j'y suis retournée ?
Plus jamais
Plus jamais

J'étais là, comme lui, j'avais quinze ans à peine
On était dans la cave, chez ses parents
Je l'aimais tant
Faut dire qu'il était beau, mais il se piquait, mon héros, à l'héro
J'étais là quand sa mère est venue me dire
"C'est fini ! On l'enterre lundi
Lundi"

J'ai pleuré bien sûr, j'ai pleuré
Puis j'ai recommencé à traîner dehors
Dehors

J'étais là en octobre quatre-vingts, après la bombe Copernic
Oui, j'étais à la manif
Avec tous mes copains
J'étais là, c'est vrai qu'on n'y comprenait rien
Mais on trouvait ça bien
Ça bien

Oui, j'étais là pour aider,
Pour le sida, les sans-papiers
J'ai chanté
Chanté

Sûr que j'étais là pour faire la fête
Et j'ai levé mon verre à ceux qui n'ont plus rien
Encore un verre, on n'y peut rien
J'étais là devant ma télé à vingt heures
J'ai vu le monde s'agiter
S'agiter

J'étais là, je savais tout de la Somalie,
Du Bengladesh et du Rwanda
J'étais là
J'ai bien vu le sort que le Nord réserve au Sud
Bien compris le mépris,
J'étais là pour compter les morts
J'étais là et je n'ai rien fait

Et je n'ai rien fait

J'étais là pourtant
J'étais là et je n'ai rien fait
Je n'ai rien fait

 

Parole et musique : Zazie

 

Zazie

 

J'adore Zazie, c'est une de mes auteurs, compositeurs d'aujourd'hui que je préfère. Ce clip est tout simplement une petite merveille. Cette chanson, ce texte me donne à chaque fois la chair de poule.

Il n'y a rien à rajouter, elle dit tout...

Nous étions là...

 

       

 

C'est ma participation pour les dimanches poétiques de Celsmoon.

Parce que la musique fait partie de notre poésie quotidienne...

Repost 0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 19:12

Du 27 au 30 mai le centre national du livre lance une manifestion qui se nomme " A vous de lire". Cela existait déjà sous le nom de "Lire en fête".

Hambreellie a eu l'idée d'en faire une vraie fête pour nous lectrices.

Il s'agit simplement de faire un billet sur notre passion sur la lecture. 

 

BlogEnFête !!!

 

Voici donc ma participation, je choisis de parler de ma passion pour la lecture en répondant à quelques questions qu'elle propose :

 

- depuis quel âge lisez vous ?

 

Je lis depuis toute petite, en fait je ne me rappelle d'une période dans ma vie où je n'ai pas lu... Je me rappelle que tout mon argent de poche y passait, je me faisais une joie d'ouvrir les portes de n'importe quel librairie et j'y cherchais mon bonheur... Mon plaisir le plus fort était de rechercher le livre qui m'accompagnerait pour mes vacances d'été, à la mer la plupart du temps. Je me souviens en particulier d'un été où j'avais choisis "Lassie chien fidèle" et je m'étais vraiment régalée de cette lecture... Il y avait aussi la série des "Belle et Sébastien", la série des "Alice".  Ce livre merveilleux : "Petite princesse" et... des quantités et des quantités d'autres...

 

Lassie, chien fidèle    La petite princesse    Belle et Sébastien   

 

- où lisez-vous ?

 

N'importe où mais au calme. Quand j'étais enfant et adolescente je pouvais lire devant la télé, à coté d'adultes plongés dans une conversation bruyante... Bref rien ne me dérangeait, maintenant il me faut du calme et du silence.

J'adore lire dans mon lit avec ma petite lampe de chevet, s'il pleut et que la pluie fait sa petite musique sur le velux c'est encore mieux... S'il neige et qu'il fait très froid aussi... J'aime aussi être à l'abri dans ma couette alors que le vent souffle très fort dehors.

J'aime lire aussi dans mon jardin, à l'ombre des arbres et du parasol (jamais en plein soleil) avec un bon thé glacé...

 

- Est-ce une grande passion ?

Je n'en ai pas de plus grande !!! 

 

- Comment de fois par jour ?

Autant de fois que je le peux... Mais en vacances, les pieds dans le sable où chez nous dans le jardin, je profite d'avoir un peu plus le temps !

 

Bonus :

 ateneo-5.jpg

 

ateneo-2.jpg

 

Librairie El Ateneo à Buenos Aires (photos trouvés chez Choco)

 

Deuxième bonus :

 

Quelques extraits : 

 

Le treizième conte  de Diane Setterfield :

 

" A huit heures moins trois, j'étais en chemise de nuit et en pantoufles à attendre que mon eau veuille bien bouillir. Vite, vite. Huit heures moins une. Ma bouillotte était prête, et je remplis un verre d'eau au robinet. Il était important de faire vite. Car à huit heures précises, le monde s'arrêtait de tourner. C'était l'heure de lire.
L'intervalle entre huit heures du soir et une ou deux heures du matin a toujours été pour moi un moment magique. Contre le dessus-de-lit en chenille bleu, les pages blanches de mon livre ouvert, éclairées par un cercle de lumière, sont des portes donnant accès à un autre monde."

 

Les âmes soeurs de Valérie Zenatti

 

" Elle est de nouveau dans un bus, le livre entre les mains.../...

Elle relit ces mots qui lui offrent une autre vie, plus libre, reliée au vaste monde, à ses palpitations, aux seules vraies raisons de vivre, l'amour et l'art. Une vie qui tient ses promesses de richesse et d'intensité. Elle voudrait arriver au bout du livre, et dans le même temps elle voudrait qu'il ne s'achève jamais, qu'il reste une histoire dans laquelle elle a pris place et qui lui donne depuis hier le sentiment qu'un sang nouveau coule dans ses veines, le sang de Lila Kovner qui n'a peut-être pas eu une vie heureuse mais qui l'a vécue si intensément, qui a su ce qu'était l'amour, ce qu'était la guerre. "

 

Un auteur : Victor Hugo

 

" Vous êtes à la campagne. Il pleut. Il faut tuer le temps, vous prenez un livre, le premier livre venu, vous vous mettez à lire ce livre.../..., pensant à autre chose, distrait, un peu baîllant. Tout à coup vous vous sentez saisi, votre pensée semble ne plus être à vous, votre distraction s'est dissipée, une sorte d'absortion, presque une sujétion, lui succède, vous n'êtes plus maître de vous lever et de vous en aller. Quelqu'un vous tient. Qui donc ? Ce livre. Un livre est quelqu'un. Ne vous y fiez pas. "

 

Très belles futures lectures à vous toutes et tous.

Et merci à Hambreellie pour cette très jolie initiative !!!

Repost 0
l'or des chambres - dans Tags
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 10:32

Le coeur cousu                 Le coeur cousu

MARTINEZ Carole photo C. Hélie Gallimard COUL 2 01.07.jpg

 Carole Martinez - © C. Hélie - Gallimard

 

Lecture commune avec  Sandy  Pickwick ,  Anjelica,  Delphine et  Lounima

 

Comment vous parlez au mieux de ce livre prestigieux ?

Je me sens maladroite et hésitante, je voudrais tellement vous transmettre ce que j'ai vécu en lisant ce livre. Il fait parti de ces livres qui nous construisent, tels des briques empilées les unes sur les autres.

Il fait parti de ces livres dont toutes lectrices attends, avec espoir, la rencontre.

Une rencontre rare et précieuse qui est un vrai luxe quand il arrive.

Parce qu'une vie de lectrice n'en voit pas tant que ça des rencontres comme celle là.

C'est un de ces livres qui entre dans le pantheon de ceux que l'on oublie jamais.

J'ai pris mon temps pour le lire, il ne se lit pas à la va-vite ni à la légère.

C'est un livre qui se mâche, se digère. Il mérite le temps qu'on lui accorde.

Je n'ai pas envie de vous en dire de trop pour ne pas en déflorer le sens. La peur de gacher ce que vous y trouverez dans les mots, entre les lignes.

En fait cela ne m'étonne pas du tout qu'il ai eu le prix des étonnants voyageurs... c'est un livre qui fait voyager. Il est totalement dépaysant et ce n'est pas seulement parce que Frasquita Carasco part sur les routes, parcoure l'Andalousie et le sahara...

C'est aussi parce que c'est un livre foisonnant et complètement irréel. Il y a là des contes, de la magie, de l'irréalité... et de la cruauté aussi...

 

C'est un livre extrèmement féminin, une histoire de femmes, de mères, de soeurs.

Ce roman a eu huit prix littéraires et cela n'est guère étonnant. Pour une fois qu'un livre assume sa différence et en joue largement, je ne peux qu'applaudir.

Le style de l'auteur est superbe, sublime...

 

" Mon nom est Soledad.

Je suis née, dans ce pays où les corps sèchent, avec des bras morts incapables d'enlacer et de grandes mains inutiles.
Ma mère a avalé tant de sable, avant de trouver un mur derrière lequel accoucher, qu'il m'est passé dans le sang.

Ma peau masque un long sablier impuissant à se tarir.

Nue sous le soleil peut-être verrait-on par transparence l'écoulement sableux qui me traverse.

LA TRAVERSEE;

Il faudra bien que tout ce sable retourne un jour au désert.../...

 

.../...Il me faut t'écrire pour que tu disparaisses, pour que tout puisse se fondre au désert, pour que nous dormions enfin, immobiles et sereins, sans craindre de perdre de vue ta silhouette déchirée par le vent, le soleil et les pierres du chemin.

Ô mère, il me faut ramener des profondeurs un monde enseveli pour y glisser ton nom, ton visage, ton parfum, pour y perdre l'aiguille et oublier ce baiser, tant espéré, que jamais tu ne m'as donné !

Il me faut te tuer pour parvenir à mourir... enfin.

Mon lumineux cahier sera la grande fenêtre par où s'échapperont un à un les monstres qui nous hantent.

 

Au désert ! "

 

 

J'ai tellement aimé ce livre que j'ai beaucoup de mal à vous en parler.

 

Il vous faut lire toutes les lignes, toute la vie de Frasquita Carasco et de cette boite magique qui se transmet de mère en fille...

Il vous faut lire l'histoire d'une femme qui coud comme elle transmet la vie...

Il y a là, dans ces pages, en vrac, un éventail papillon qui s'envolera par la fenêtre vers sa liberté... une petite fille qui nait avec des plumes, une autre qui donnera la mort avec ses baisers...

Il y a là des combats de coq, le sang des combats et des femmes chaque mois.

Des femmes qui aident (des sages-femmes), un chien jaune et une prostituée qui joue de l'accordéon... 

Un homme qui a perdu son ombre d'enfant dans un champ d'olivier... 

Des robes de mariées tellement belles qu'elles en sont irréelles....

Il y a là une enfant lumineuse et qui luit dans la nuit... Un ogre et un enfant roux que son père conduira au désastre...

Des histoires d'amours et de haines.

Des histoires ou le merveilleux côtoie la cruauté...

Il y a là des dessins de sable, des chefs d'oeuvre, qu'un père ne veut pas voir... Un tapis où l'on voyage... La mort qui porte une robe de bal d'un rouge flamboyant...

 

Extraits :

 

" Elle tenta de tirer du fil de tout ce qu'elle croisa. Si elle avait dû attendre ses noces plus longtemps, le monde entier se serait dévidé entre ses doigts. Elle aurait tout détrempé pour en tirer le suc, la substance filable. Le paysage et ses collines, ce lumineux printemps, les ailes des papillons et toutes les fleurs qui vivent entre les pierres, et les cailloux, et l'oliveraie des Heredia, tout aurait été réduit en fil. Dieu lui-même se serait agité, empalé au bout de sa quenouille.

Tout serait passé dans sa robe : les sentiers, les villes qu'elle n'avait jamais vues et la mer lointaine, tous les moutons d'Espagne, tous les livres, tous les mots et les gens qui les lisent, les chats, les ânes, tout aurait succombé à sa folie tisserande.

Rien ne lui parut trop vil, trop fou, trop abject, rien ne fut à ses yeux indigne d'être filé. "

 

" Il y eu la plaie noire sur la façade. Il y eut ce dessin qui emplit soudain les yeux de ma mère, cette maison devenue bateau, cette grande voile de crépi blanc, ce trompe-l'-oeil maladroit et le silence des enfants, cette rue aveugle et ses fenêtres closes. Puis, dans ce vide solaire, il n'y eut plus que le grand navire, dressé là d'un coup face à elle, comme la seule porte ouverte.

Elle le vit apparaître par-delà le dessin. Il venait la chercher, l'enlever. Si loin de la mer, si loin de tout cours d'eau, il  avait avancé par les chemins, il avait remonté les rivières à sec. Il avait élargi la petite rue poussiéreuse, toutes voiles dehors, poussé par un vent constant, et s'était échoué contre sa porte.

Un bateau à sa mesure pour embarquer sa douleur et sa joie, un bateau pour que cessât l'horreur de ne pas s'appartenir, un bateau pour être, enfin ! "

 

" Mais il est d'autres récits. Des récits souterrains transmis dans le secret des femmes, des contes enfouis dans l'oreille des filles, sucés avec le lait, des paroles bues aux lèvres des mères. Rien n'est plus fascinant que cette magie apprise avec le sang, apprise avec les règles.

Des choses sacrées se murmurent dans l'ombres des cuisines.

Au fond des vieilles casseroles, dans des odeurs d'épices, magie et recettes se côtoient. L'art culinaire des femmes regorge de mystère et de poésie.

Tout nous est enseigné à la fois : l'intensité du feu, l'eau du puits, la chaleur du fer, la blancheur des draps, les fragrances, les proportions, les prières, les morts, l'aiguille, et le fil... et le fil.../...

 

Les douleurs muettes de nos mères leur ont bâillonné le coeur. Leurs plaintes sont passées dans les soupes : larmes de lait, de sang, larmes épicées, saveurs salées, sucrées.

Onctueuses larmes au palais des hommes ! "

 

C'est un monde incroyable qui s'ouvre à nos yeux et que l'on quitte avec difficulté.

Un monde magnifique, mais incroyablement cruel aussi...

Et qui prouve que la littérature est beaucoup plus que ça...

Que la littérature est bien plus que quelques signes noirs imprimés sur des pages blanches. Bien plus que des lignes et des mots...

 

La littérature c'est une histoire d'alchimie et finalement... de magie...

Il y a 26 lettres dans l'alphabet et un nombre incalculable de mots...

Et tout cela donne une infinité de possibilités...

Le meilleur comme le pire...

 

 

Mais maintenant je me tais... pour que vous puissiez écouter les choeurs du coeur cousu.

 

Pour finir, cette phrase, sublime, parce qu'après elle, il n'y a plus rien à dire :

 

" Ce qui n'a jamais été écrit est féminin. "

 

42823900 p[1]    Objectif PAL

 

image_c1r Challenge 1er roman

 

challenge  Challenge littérature au féminin

 

Les coups de coeur de la blogosphère  Challenge coup de coeur de la blogosphère.

 

Là je fais fort : 4 challenges d'un coup !!!

Et moi, je file lire les avis de toutes celles qui m'ont accompagnées pour cette lecture commune ! 

 

Beaucoup, beaucoup d'avis sur ce livre dans la blogosphère mais mon préféré est celui de Sylvie. Pas besoin de vous donner d'autres liens, vous les trouverez tous chez elle...

Repost 0
l'or des chambres - dans Littérature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de l'or
  • Le blog de l'or
  • : Je suis une jeune femme passionnée de littérature... Mon blog sera surtout un concentré de ma plus grande passion : la lecture... Il y aura aussi quelques touches de peintures, de cinéma, de musiques et un peu de ma vie aussi... L'Or des Chambres pour un hommage à la très grande Françoise Lefèvre dont j'emprunte le titre d'un de ses livres.
  • Contact

Lectures (et défis) en cours

" Le bon critique est celui qui raconte les aventures de son âme au milieu des chefs-d'oeuvre" Anatole France, phrase lue chez l'Irrégulière 

 

Wikio - Top des blogs - Littérature  

      

 Découvrez Hellocoton      

 

 I ♥ mon libraire

 Gaëlle la libraire     

 

Meuse l'oubli

Meuse l'oubli 

 

Nos vies désaccordées

Nos vies désaccordées

 

Ariel

Ariel de Sylvia Plath       

 

Le Docteur Jivago

Le docteur Jivago pour "Un hiver en Russie" (jusqu'au 21 mars) avec Touloulou   

 

Ernest et Célestine - Le roman d'Ernest et Célestine  

Le roman d'Ernest et Célestine dont je fais la lecture à PetitDernier tous les soirs 

 

Par ici, c'est chaque jour une nouvelle photo de Doisneau, Atelier Robert Doisneau

 

Par là, le Bonheur du jour 

Recherche

J'aimerais lire très bientôt...

 

Rose-Aimée - Rose-Aimée, T1

Rose Aimée T1

 

Shutter island

Shutter Island

 

L'arbre du père

L'arbre du père    

 

Les ignorants

Les ignorants 

Archives

Lectures communes

Les mains nues

Les mains nues de Simonetta Greggio avec Laure

Pour le 27 mai

 

 

Le Seigneur des anneaux - Le Seigneur des anneaux, T2 

Le seigneur des anneaux tome 2, les deux tours

Décembre avec Za et Malou 

 

Villa Amalia

Villa Amalia

avec George

 

Une adoration

Une adoration

avec George

 

 

 

Derniers coups de coeur

Sous la glace

Sous la glace

 

 

Les femmes du braconnier

 

La terre fredonne en si bémol

 

Cent ans

 

Le canapé rouge

 

Les insurrections singulières

     

Fugue 

  

Garden of love

 

Jours de juin

 

Le coeur cousu

 

Julius Winsome

 

  Le reste est silence

 

 Le treizième conte

 

Mademoiselle Chambon

Billets à venir

Twilight - Twilight, T4

Twilight T4

 

Twilight - Twilight, T3

Twilight T3

 

Twilight - Twilight, T2

Twilight T2

 

Twilight - Twilight, T1

Twilight T1

 

La fois où je suis devenu écrivain

Là fois où je suis devenu écrivain

 

Un temps fou

Un temps fou

 

Sac d'os

Sac d'os

 

L'enlèvement

L'enlèvement

 

Cette nuit-là

Cette nuit là

 

Hunger Games - Hunger Games, T3

Hunger games T3

 

Les demeurées

Les demeurées

 

Hunger Games - Hunger Games, T2

Hunger games T2

 

Eux sur la photo

Eux sur la photo

 

Habibi

Habibi (BD)

 

Paradise

Paradise

 

Les trois lumières

Les trois lumières

 

Thérapie

Thérapie

 

Orgueil et préjugés

 

Hunger Games - Hunger Games, T1

Hunger Games

 

Le Seigneur des anneaux - Le Seigneur des anneaux, T1

Le seigneur des anneaux T1

 

La reine des délices

La reine des délices

 

Fais-moi peur

Fais moi peur

 

Sous la glace

Sous la glace

 

Eloge de la faiblesse

Eloge de la faiblesse

 

Winter

Winter

 

Je ne suis pas celle que je suis

Je ne suis pas celle que je suis

 

Chienne de vie

Chienne de vie

 

La vieille anglaise et le continent

La vieille Anglaise et le continent

 

Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T3

Le sommet des Dieux, tome 3

 

Sobibor

Sobibor

 

Les oreilles de Buster

les oreilles de Buster

 

 New York, journal d'un cycle

New York, journal d'un cycle

 

Le premier été 

Le premier été

 

 Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T2

Le sommet des dieux T2

 

L'odeur du figuier, un parfum de délicieuse mélancolie

L'odeur du figuier

 

0.4

0.4

 

Les collines du tigre

Les collines du tigre

 

Miel et vin

Miel et vin

 

Un certain vertige

 

Le blues des Grands Lacs

Le blues des grands lacs

 

Quinze kilomètres trois

Quinze kilomètres trois

 

Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T1

Le sommet des dieux T1

 

L'échappée belle

L'échappée belle

 

  Les années douces - Les années douces, T2

Les années douces T2

 

Le caveau de famille

Le caveau de famille

 

Le mec de la tombe d'à côté

Le mec de la tombe d'à côté

 

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

 

Rosa Candida

Rosa Candida

 

Azilis l'épée de la liberté

Azilis l'épée de la liberté

 

Ouragan

Ouragan

 

Les tendres plaintes

Les tendres plaintes     

Challenges 2013

tour-du-monde-1

Le tour du monde en 8 ans

 

Challenge Irlande : illimité !!

 

Fin : 31 Juillet 2013

 

objectif-pal-001[1]

Objectif PAL Noire by L'Or et George ; illimité

 

http://img15.hostingpics.net/pics/279733ILEDESERTE2.jpg

Fin : 01 Août 2013 (ou plus)

 

   

Fin : 30 septembre 2013

 

Fin : 30 juin 2013

 

Il viaggio

Fin : 31 Octobre 2013

 

Fin : Décembre 2013 (prolongation) 

 

Challenge littéraire

Repris par Anne 

Fin 31 décembre 2013     

 

Liste des participants

Fin : novembre 2013  

 

challenge gilmore girls 2013

Repris par Touloulou

Date de fin : 08 octobre 2014 

 

challengeQuatreSaisons    

Prolongation jusqu'au 21 décembre 2013

 

dc3a9fi_scandinavie_blanche

            3/5 Ici et  et

Fin : 31 décembre 2013 Repris par Lystig 

 

Fin : 28 Juillet 2013

 

logonaturewriting1 

-/5

Fin : décembre 2012 (Folfaerie m'a donné une prolongation pour cette année, merci à elle !!)

 

  Challenge Colette

-/3

Fin : 23 Septembre 2013 (Prolongation) 

 

Ici, et là 

3/3

Fin : 21 Juin 2013

 

Femmes du mondel ogo  

Cent ans Wassmo

La terre fredonne en si bémo l- Strachan

Les femmes du braconnier - Pujade Renaud

Fin : décembre 2012 (renouvelable)    

 

2/10 Re-Prolongation du challenge :

Fin : 05 avril 2014  

 

Prolongation du challenge

Fin : 30 septembre 2013    

Index auteurs


Agus Milena - Battement d'ailes

Ahern Cecelia - Un cadeau du ciel

Beckett Bernard - Genesis

Benameur Jeanne - Les insurrections singulières

Bertholon Delphine - L'effet Larsen

Brisac Geneviève - 52 ou la seconde vie

Cabasson Armand - La reine des mots

 Calvetti Paola -L'amour secret

Chabrol Caroline - Sous les cahiers, la mort

Cohen Welgryn Myriam - Mères - Myriam Cohen Welgryn
Constantine Barbara - A mélie, sans mélo

Delaflotte Mehdevi Anne - Fugue

Dickens Charles - Un chant de Noël
Divakaruni Chitra Banerjee -Ma soeur, mon amour

Donovan Gérard -Julius Winsome

Estibal Sylvain - Le dernier vol de Lancaster
Ferney Alice - Paradis conjugal
Giraudeau Bernard - Cher amour

Girerd Jacques Rémy, Benoît Chieux - L'enfant au grelot  (album enfant)
Glass Julia - Jours de juin

Guelfenbein Carla - Le reste est silence

Haasse Hella S. -La source cachée
Hannah Kristin - La magie du bonheur

Henrichs Bertina -La joueuse d'échecs 

Herry Jeanne - 80 étés

Hobbie Holly - Juste à temps pour Noël - Holly Hobbie (album enfant) 
Holder Eric - Mademoiselle Chambon

Kamimura Kazuo - Lorsque nous vivions ensemble 1
Kamimura Kazuo - Lorsque nous vivions ensemble 2

Kingsolver Barbara - Un été prodigue

Kortepeter Paul et Susan Wheeler - Youpi, pas d'école  (album enfant)
Lemoine Annie - Les heures chaudes

Lethielleux Maud - Dis oui, Ninon
Levraud Murielle - Le soir autour des maisons 

Malte Marcus - Garden of love

Martinez Carole - Le coeur cousu

Matheson Richard - Je suis une légende

Mazurel Claire et Marie H. Henry - Demain c'est Noël (album enfant)
Mégnin Jean-Philippe - La voie marion

Meyer Stephenie - Les âmes vagabondes

Miller Rebecca - Les vies privées de Pippa Lee 

Moning Karen Marie - Fièvre noire

Mosse Kate - Les fantômes d'hiver

Picasso Marina - Grand-père
Rice Luanne - Les carillons du bonheur
Ryan Carrie -La forêt des damnés

Sampioro Dominique - La petite présence
Scholes Katherine - Les amants de la terre sauvage

Setterfield Diane - Le treizième conte
Sigurdardottir Steinnunn - Le Cheval Soleil
Tardieu Laurence - Comme un père

Vann David - Sukkwan Island   
Vigan Delphine De - No et moi

Woolf Virginia - Mrs Dalloway