Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 15:30

 

Tout le monde connait ma passion pour Carl Larsson, non ?

Repost 0
l'or des chambres - dans Peintures
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 21:54

Tag

Taguée par Aifelle ! Il s'agit de rechercher la sixième photo de son blog...
Pour moi ce n'est pas trop compliqué, vu que mon blog n'est pas très vieux !

La voilà :

 

 PC100438

 

Il s'agit du centre ville de Colmar illuminé pour les fètes de Noël.

Merci Aifelle d'avoir pensé à moi !

Qui a envie de reprendre ce tag ?

Repost 0
l'or des chambres - dans Tags
commenter cet article
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 17:54

Les filles sont au café     Sortie en poche de ce livre de Geneviève Brisac. Collection Points.

Je tiens à vous signaler tout de même que le livre a paru en grand format (c'est d'ailleurs ainsi que je l'ai lu, en 2007)  sous un autre titre :

52 ou la seconde vie

52 ou la seconde vie

Alors gaffe si vous ne voulez pas lire deux fois le même livre (je trouve que c'est tout de même sujet à erreur, pourquoi changer de titre, je vous le demande).

 

Première chose à dire : j'adore cet auteur...

Mais ce livre là est vraiment particulier, d'abord dans sa construction. Il est divisé en 52 chapitres qui sont autant de petites histoires. Mais ne croyez pas lire des nouvelles, ce n'est pas du tout ça. Le livre est construit ainsi, c'est comme ça. Les histoires tournent autour de mêmes personnages (pas toujours mais souvent)...

Il faut juste un petit temps d'adaptation pour entrer dans ce livre mais une fois qu'on y est, quel bonheur. Lu en 2007 il a fait parti de mes coups de coeur. Je lui avais donné la note de 9/10.

Voilà les quelques lignes que j'avais écrite dans mon carnet :

" Plusieurs femmes, des amies parlent de leurs vies, elles donnent leurs avis sur tout, sur rien. Elles vont boire des cafés en terrasse, partent en vacances. Elles prennent un taxi et font la rencontre d'un chauffeur de taxi amateur de poésie. Elles vont à un mariage. Elles sont tristes, joyeuses, légères et graves à la fois. Elles rencontrent la bétise, la méchanceté, la douceur et l'amitié... S'interrogent... ou sont indifférentes... Elles vivent leurs vies, cahin-caha. Elles sont émouvantes ou tout simplement pathétiques.

J'ai adoré certaines histoires et d'autres moins.

Mais l'ambiance, l'atmosphère de ce livre sont très belles et j'ai déjà envie de le relire.

Plus j'avançais dans ce livre, plus je l'aimais.

Les derniers récits sont magnifiques...

Ces histoires sont comme des petits instantanées de la vie, comme des photos prises sur le vif. Et l'émotion est là... "

Avant la première page de ce livre, quelques phrases de Virginia Woolf :

" Observez perpétuellement, observez l'inquiétude, la déconvenue, la venue de l'âge, la bêtise, vos propres abattements, mettez sur le papier cette seconde vie qui inlassablement se déroule derrière la vie officcielle, mélangez ce qui fait rire et ce qui fait pleurer. Inventez de nouvelles formes, plus légères, plus durables."

Et pour mieux comprendre l'essence de ce livre, voilà tout simplement les premières pages :

"1)

Une semaine sans, dis-je

 

Il paraît que tu écris un livre avec trois cent soixante-cinq histoires ? m'a demandé Tova avec curiosité. Je me suis sentie confuse. Et effarée par ce chiffre énorme.

J'écris une histoire par semaine, ai-je dit timidement. Cela fera plutôt cinquante-deux. Pour montrer. Pour donner à voir. Ce qui grouille par en dessous, l'univers obscur de la pensée, les fantasmes et les histoires comme des algues, ou des poissons révélés par un rayon oblique. Ce qui je ne sais pas vivre moi-même, ce que je ne sais pas que je vis. Je me suis sentie plus solide. Les algues probablement.

Les histoires sont toujours obliques, tu comprends.

Je ne comprenais moi-même rien à ce que je racontais. Depuis le début de la semaine, je n'écrivais absolument rien. Depuis deux semaines, même. Le temps passe vite quand on n'écrit pas. Une vie, une seconde.

C'est beaucoup déjà. Une par semaine, a-t-elle dit rêveusement. Tu y arrives ?

Tova est écrivain. Elle sait que l'on n'y arrive pas.

L'écriture, ça vient, et puis ça s'arrête. Paf. Le bateau se heurte au sable de la plage. A sec.

Parfois, j'en écris deux, ai-je dit, en rougissant, l'important, c'est qu'il y en ait cinquante-deux à la fin. Pour le livre."

 

Bon du coup me voilà bien embêtée ; une folle envie de le relire très vite me prend...

Franchement, ne passez pas à côté de ce livre, ça serait vraiment trop dommage (oui, je sais, je dis TOUJOURS ça !!!)

En tout cas, pour moi, un vrai coup de coeur de mon année 2007.

Jettez vous dessus et régalez vous...

Et puis c'est tout....

 

Le billet de Mya Rosa

Et Florinette et Clarabel en avaient fait la lecture.

 

Repost 0
l'or des chambres - dans Littérature
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 10:34

nissl-rudolf-2[1]  

Un mois dont le résultat est un peu mitigé vu le ralentissement forçé de la deuxième quinzaine.

Pas vraiment un grand mois mais qu'importe, l'essentiel c'est de lire.

Un coup de coeur :      La source cachée

-La source cachée de Hella S. Haasse

Un livre dont je me suis tout simplement régalé. Un nombre incroyable de passages superbes (j'aurais pu recopier tout le livre). Des descriptions sublimes d'une maison et de la fôret environnante. Bref un vrai bon livre que je recommande chaudement. 

 

Un livre coup de coeur là aussi mais qui ne compte pas vraiment puisque c'est une relecture.

Ma première lecture était en 2009 et était déjà un coup de coeur :

- Syngué Sabour, la pierre de patience de Atiq Rahimi Syngué Sabour, pierre de patience

Un livre vraiment indispensable et là, pour le coup, un livre operçut... Un livre comme une onde de choc (billet à suivre).  

 

Un livre dont j'attendais beaucoup (de trop peut-être) mais dont les conditions de lecture ont été tout, sauf idéales :

- Mrs Dalloway de Virginia Woolf     Mrs Dalloway

Un livre dont j'ai aimé la beauté fulgurante de certains passages mais, bizarrement, moins dans son intégralité. Un livre d'une grande qualité d'écriture qui aurait sans doute été tout autrement perçu si les conditions de lecture avaient été meilleures.  

 

Une grande déception :

- Sukkwan Island de David Vann Sukkwan island

Un livre dont les billets ont fleuris sur les blogs et qui a été, soit un coup de coeur, soit une déception. Pas de demi mesure pour ce livre donc. Un sujet très fort et très émouvant. Mais dont le style d'écriture n'était pas pour moi.  

 

Un livre qui j'ai beaucoup apprécié :

- Vingt quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig

Un livre d'un style extrêmement ciselé et délicat (billet à suivre) 

 

Et en dernier une B.D. :

- Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses de Leslie Plée Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses ou Comment j'ai cru devenir libraire

Un livre détente et vraiment très drôle que j'ai beaucoup apprécié (billet à suivre).  

 

En conclusion : petit bilan mais pas si mal que ça...

Repost 0
l'or des chambres - dans Bilan du mois
commenter cet article
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 12:15

Petite véronique de Printemps

 

Très joyeuses fêtes à vous tous et toutes !!!

Que la vie vous soit belle et douce.

 

Haïku, poésie japonaise                              Haïku, poésie japonaise

 

 

La cueillir quel dommage !

la laisser quel dommage !

Ah ! cette violette

Naojo (Roger Munier)

 

 

Avec mes mains

j'inclinais une corbeille aérienne

vers la mer des lucioles

Niji Fuyuno

 

Je cueille des fleurs d'orchis au printemps

Et les jette

dans les nuages

Dakotsu iida

 

 

 

Et après toutes ces émotions j'avais bien le droit de me faire un peu plaisir !!!

Alors voilà le tiercé :

 

 

Les âmes vagabondes    La mer noire    Le goût des pépins de pomme    Zola Jackson

 

Très bon week-end !

 

kroll_19-1-.jpg

 

David Kroll - Rabbit and globe

Repost 0
l'or des chambres - dans Humeurs
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 09:32

larsson-carl-10.jpg

Carl Larsson

 

Retour de la clinique depuis hier. Et j'ai eu la chance de ne pas revivre l'expérience désastreuse d'il y a quatre ans. Je ne peux même pas exprimer le soulagement que j'ai ressenti, et ressens encore. Mais j'ai tout de suite vu que cela serait différent à la minute même ou l'on m'a injecté les produits anesthésiques dans les veines. Je suis partie tout à fait en douceur, l'inverse totale de la dernière fois. J'ai eu la chance aussi d'avoir un chirurgien et un anesthésiste qui ont été à l'écoute et qui ont su me rassurer. Mais surtout, on a éliminé un certain produit anesthésique (que l'on m'a donné la dernière fois), assez ancien et qui, donnerait de très mauvaises réactions parfois au réveil. Peut-être étais ce lui le principal responsable de ce qui m'est arrivé mais en fait je ne le saurais jamais.

Bien sûr je suis encore complètement dans le coltard (si vous verriez la vitesse à laquelle je tape mes mots...) et je ne dirais pas non plus que c'était une partie de plaisir (je ne ferais pas ça tout les jours, comme dirait l'autre) mais c'était le summum par rapport à la dernière fois).

La douleur est encore présente évidemment, mais ça je sais que c'est juste une question de temps.

Comme vous avez pu le constater je n'ai pas répondu à mes nombreux messages, je ne m'en suis pas senti le courage avant de partir en clinique. Ce sera une exception mais je vais donc répondre maintenant, par le biais de ce billet.

Tout d'abord je voudrais vous dire à quel point ces marques d'affections et d'attentions m'ont touché. Ils m'ont fait beaucoup de bien. C'était un vrai soutien et je me suis vraiment senti porté par toutes ces ondes positives que vous avez eu la gentillesse de m'envoyer dans vos commentaires.

Je vous remercie donc de tout mon coeur et vous envoie des milliards de bisous à tous et à toutes.

Merci infiniment.

Merci à mes fidèles qui sont là et toujours là et qui m'apportent beaucoup. Merci à ceux qui passant par hasard ou occassionnellement et qui ont pris le temps de me laisser un petit mot.

Merci à    TulisquoiSandrine(SD49), et  In Cold Blog  pour leurs encouragements et leur grande gentilhesse mais qui ne m'a pas étonné du tout. Gros bisous à vous trois.

Merci à  clara qui a l'air d'en connaitre un rayon sur la douleur, l'indifférence et les réflexions qui font très mal. Et merci aussi pour cette phrase offerte comme un cadeau que j'ai emmené avec moi jusqu'à la salle d'opération : "On tombe mais on se relève toujours". Parce qu'elle m'a fait comprendre que oui, il y a quatre ans je suis tombé, fait très mal mais qu'effectivement j'avais fini par me relever... Bisous à toi Clara et je viendrais moi aussi voir comment tu vas, très régulièrement.

Merci à  lewerentz , ma fidèle parmi les fidèles qui est toujours est là pour me laisser des petits mots d'une grande gentilhesse. Merci pour ton amitié et mille bisous.

Merci à   Lily , elle aussi fidèle depuis le début dont j'apprécie énormément nos échanges toujours très intéressants. J'ai eu en effet la chance de tomber sur du personnel hospitalier humain comme tu me l'avais souhaité. Bisous et merci pour ton amitié

Merci à   LillyAlwennBrize  pour vos encouragements et paroles chaleureuses. Bisous à toutes les trois.

Merci à  Mauve qui m'a laissé, pas un mais plusieurs messages, merci pour tes mots qui m'ont mis la larme à l'oeil et le coeur en vrille. Merci pour la terre d'asile qui tu m'as offert et ces mots en cadeau : "je serais là" que j'ai emmené avec moi, contre moi, pour me réchauffer. Moi aussi Mauve je serais là. Tendrement aussi et je suis certaine que ce n'est que le début d'une longue amitié.

Merci à  MorrisonvirginieptitlapinLystig  , merci pour toutes vos bonnes ondes et vos bisous. Bisous aussi et merci encore.

Merci à  pascaleMyaRosaaBeiLLe qui sont elles aussi fidèles de mon blog, merci pour leurs présences chaleureuses et attentives. Merci là encore pour vos pensées affectueuses et vos bisous. Bisous aussi à toutes les trois.

Merci à  wictoriasylireMangocalypsoThaïs   Hathaway , merci pour ces très gentils mots et vos encouragements. Bisous à toutes.

Merci à  keishaAifelleRestlingsylviesaxaoulGeorge qui elles aussi passent très souvent chez moi et me laissent toujours de très gentils messages. Merci pour vos paroles affectueuses, vos bisous que je vous renvoie.

Merci à  Nannesandy ,   lily , elles aussi fidèles depuis le début qui m'accompagnent sur mon chemin de blogueuses. Merci les filles et bisous.

Merci à  chiffonnetteCatherinepimprenellevalérie  Aurore  Yulenka  Mathilde  Leiloona

 Nelfe , Isabelle  merci pour vos très gentils mots et pour vos bisous, renvoyés aussi.

Merci à  Laila , ma fidèle Laila, elle aussi là depuis le début. Merci pour nos échanges que j'apprécie beaucoup. Bises à toi aussi mon amie.

Merci à Erzébeth pour tes petites lueurs d'espoirs et ta gentillesse

Merci à  Benjamin dont je viens de découvrir le blog et qui m'a laissé un mot d'une extrème gentillesse. Bisous à toi aussi Benjamin.

 

Voilà, j'espère n'avoir oublié personne.

Je voudrais aussi remercier ma meilleure amie Nathalie qui a pris grand soin de mes enfants lors de mon séjour à l'hopital. Merci à toi pour ton affection, ton soutien, tes mots d'encouragements, merci pour ta présence depuis si longtemps maintenant. Et merci pour ce cadeau, cet ours magnifique qui était porteur de toutes ces ondes positives  qui m'ont bien réconforté lors de mon séjour.

Un dernier grand merci et je vous embrasse tous encore une fois.

(j'ai mis un temps incroyable pour faire ce tout petit billet, c'est fou)

Repost 0
l'or des chambres - dans Humeurs
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 10:19


Michael Kenna

Blog en pause

Comme certaines ont déjà certainement pu le remarquer, mon blog est en mode ralenti. Vous avez certainement vu que ma "lecture en cours" reste désespèrement vide et cela s'explique parce que depuis Mrs Dalloway, je ne lis plus rien... Je suis complètement incapable, pour l'instant, d'être embarquée par un livre. Mes pensées sont totalement obnubilées par autre chose... J'ai longtemps hésité avant de faire ce billet, bien parce que ce blog, est un blog de lecture et ce n'est pas du tout sa fonction première de parler de soi... Et pourtant ma vie est étroitement entrelacé à mes lectures... Et je vous dois, de toute façon, des explications. Comme vous l'avez sans doute remarqué aussi je ne passe plus sur vos blogs et je ne laisse plus de petits commentaires. Mon moral n'est franchement pas au mieux de sa forme (c'est bien le cas de le dire) et je suis passée en mode "brouillard". Mes soucis se sont concrétisés et je vais devoir me faire opérer en urgence dans quelques jours. L'opération en elle même n'a rien de grave mais ce qui me perturbe à ce point c'est tout simplement la peur de l'anésthésie générale. En fait, lors d'une autre opération il y a quatre ans j'ai fait une très sérieuse intolérance aux produits anésthésiques. J'ai mis tout de même, deux ans à me remettre totalement, et après ma sortie de la clinique j'ai mis deux mois avant de pouvoir reprendre un livre en main (et je crois bien que ça ne m'était jamais arrivé avant).  Je ne vais pas vous embêter plus que ça avec mes problèmes personnels mais tout cela pour vous dire que je ne
connais pas du tout l'avenir de ce blog. Je ne sais pas du tout si vous aurez la patience de m'attendre si je mets autant de temps à me remettre que la dernière fois et qu'il n'y aura plus aucune lecture commenté...
Voilà donc où j'en suis, mais je pense que vous comprendrez mieux mon silence et cette lecture si ratée de Mrs Dalloway...
Je dois dire encore que ma confiance en la médecine en a pris un sacré coup depuis ces quatre ans. Quatre ans que je cherchais une solution au cas où une opération devrait être à nouveau envisagé mais je dois dire que ça n' a pas avancé d'un pouce. Je me savais ni, ou me tourner ni vers qui trouver de l'aide... La seule médecine qui a pu m'aider et me soulager un tant soit peu, c'est la médecine dite non "traditionnelle" : l'homéopathie...
Je vais donc vers cette anésthésie sans aucune certitude et on m'a même dit froidement et clairement que si, il m'arrivait la même chose, il n'y aura aucun solution pour me soulager et que je n'aurais d'autre choix que (sic) "d'attendre que ça passe"...  (???)
Je dois d'ailleurs relever l'humanité de cette anéshésiste glaciale et très très agressive que j'ai vue hier. Evidemment quand on ne sait apporter aucune solution, c'est l'agresssion qui parait la seule chose à faire. Mais je trouve franchement que c'est loin d'être très "déontologique". Je dois vous paraître très amère mais je suis passée par tellement de méchancetés et d'indifférence que c'est tout ce qui me reste.

Voilà donc ce blog, à partir d'aujourd'hui, en pause pour une durée que je serais incapable de chiffrer.
Je vous embrasse.

Repost 0
l'or des chambres - dans Humeurs
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 13:53


"Elle avait, en regardant passer les taxis, le sentiment d'être loin, loin, quelque part en mer, toute seule ; elle avait perpétuellement le sentiment qu'il était très, très dangereux de vivre, ne fût-ce qu'un seul jour. Elle n'avait pas pour autant le sentiment d'être particulièrement intelligente, ni d'avoir quoi que ce soit de spécial. Comment avait-elle pu faire son chemin dans la vie armée des seuls rudiments que lui avait inculqués Fraülein Daniels, elle se le demandait. Elle ne savait rien : pas de langues étrangères, pas d'histoire ; il lui arrivait rarement de lire un livre, si ce n'est des Mémoires, avant de s'endormir ; et pourtant, elle trouvait tout cela absolument fascinant ; les taxis qui passaient ; et elle refusait de dire de Peter, ou d'elle même, je suis ceci, je suis cela.
Son seul don, se disait-elle en poursuivant son chemin, c'était de connaître les gens par une sorte d'instinct, pour ainsi dire. Vous la mettiez dans une pièce avec quelqu'un, et elle faisait le gros dos, comme un chat ; ou alors elle ronronnait."



"Le hall d'entrée était frais comme un caveau. Mrs Dalloway porta la main à ses yeux. Lucy, la femme de chambre, referma la porte, et, en entendant le bruissement de ses jupes, Clarissa eut l'impression d'être une religieuse qui a quitté le monde et sent se refermer sur elle les voiles familiers et les antiennes de l'office traditionnels. La cuisinière sifflotait dans la cuisine. Elle entendit le cliquetis de la machine à écrire. C'était sa vie, et inclinant la tête vers la table du hall d'entrée, comme dans une attitude de soumission, elle se sentit bénie, purifiée, et se dit, tout en prenant le bloc-notes où était inscrit un message téléphoné, que des moments comme celui-ci sont des bourgeons sur l'arbre de la vie ; ce sont des fleurs de l'ombre, se dit-elle (comme si une rose ravissante s'était ouverte pour ses seuls yeux)"

Mrs. Dalloway

" La paix descendait sur elle, le calme, la sérénité, cependant que son aiguille, tirant doucement sur le fil de soie jusqu'à l'arrêt sans brutalité, rassemblait les plis verts et les rattachait, en souplesse, à la ceinture. C'est ainsi que par un jour d'été les vagues se ressemblent, basculent, et retombent ; se rassemblent et retombent ; et le monde entier semble dire : "Et voilà tout", avec une force sans cesse accrue, jusqu'au moment où le coeur lui même, lové dans le corps allongé au soleil sur la plage, finit par dire lui aussi : "Et voilà tout" Ne crains plus dit le coeur. Ne crains plus, dit le coeur, confiant son fardeau à quelque océan, qui soupire, prenant à son compte tous les chagrins du monde, et qui reprend son élan, rassemble, laisse retomber. Et seul le corps écoute l'abeille qui passe ; la vague qui se brise ; le chien qui aboie, au loin, qui aboie, aboie."

      

Septimus :
" Mais quand à lui, il restait perché sur son rocher, comme un marin naufragé. Je me suis penché par-dessus le bord du bateau, et je suis tombé, pensa-t-il. Je suis allé au fond de la mer. J'étais mort, et pourtant maintenant je suis vivant, mais laissez moi encore me reposer, supplia-t-il.../..."

" Car maintenant que tout était terminé, l'armistice signé, les morts enterrés, il avait, surtout le soir, de foudroyants accés de panique. Il ne ressentait rien.../...
.../... "Magnifique" murmurait Rezia, en donnant un petit coup de coude à Septimus pour qu'il regarde. Mais la beauté était derrière une vitre. Même ce qu'il goûtait (Rezia aimait les glaces, les chocolats, les sucreries) était pour lui insipide. Il reposait sa tasse sur le petit guéridon de marbre. Il regardait les gens dehors. Ils avaient l'air heureux, à se rassembler au milieu de la rue, à crier, à rire, à criailler pour des riens. Mais il ne goûtait rien, il ne ressentait rien. Dans le salon de thé, au milieu des tables et des serveurs jacassant, la panique le saisissait, il ne ressentait rien. Raisonner, cela il le pouvait. Il pouvait lire, Dante par exemple, sans difficulté
(" Septimus, sois gentil, pose ton livre" disait Rezia, en refermant doucement "l'Enfer"), il arrivait à compter son addition. Son cerveau était intact. Ce devait, par conséquent, être la faute du monde, s'il ne ressentait rien."

Et le dernier :
" Et il y a chez les gens une dignité ; une solitude ; même entre mari et femme, un abîme ; et c'est quelque chose qu'il faut respecter, se dit Clarissa, le regardant ouvrir la porte ; car on ne s'en séparerait pas soi-même, on ne l'enlèverait pas, contre son gré, à son mari, sans perdre son indépendance, sa dignité personnelle, choses qui, en fin de compte, sont sans prix."
 
      


    



















Virginia et Léonard Woolf

  

Virginia Woolf

Le bureau de Virginia Woolf, dans une construction en bois, attenant sa maison en Sussex dans lequel elle vivait avec son mari Léonard.

Je me rends compte, en relisant les passages que j'avais notés, qu'ils sont d'une fulgurance beauté. Et que je reprendrais certainement ce texte un jour.
C'est étrange mais c'est plus par petits morceaux que pour l'intégralité du roman, que j'ai aimé l'écriture de Virginia.

Repost 0
l'or des chambres - dans Extraits
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 15:36


Livre lue dans le cadre d'une lecture commune avec Keisha, Mango, Dominique, George, Cynthia, Tif, Papillon, Maggie, AGFE et Pauline.

Encore une fois cette lecture commune ne s'est pas passé comme je le croyais.
Il m'arrive exactement la même déconvenue que Théoma sur le treizième conte.
Je m'imaginais tellement de remous et d'aspiration pour la lecture de ce roman mais ça ne s'est pas du tout passé comme ça.
Encore une fois j'ai joué de malchance. Comme chacun le sait, c'est un livre qui demande une certaine concentration et une certaine rigueur... J'ai mis plus d'une semaine pour lire un livre qui, habituellement, vue le nombre de pages, aurait dû me prendre maximum 3 jours.
J'ai passé une semaine plutôt pénible et les nuits ne me donnaient pas du tout mon compte de sommeil. Le résultat était que, bien sûr, mes journées me voyaient dans le coltard (et le brouillard) et mes pensées étaient tournées tout à fait hors du livre alors qu'elles auraient dû être totalement immergées dans ces pages.
Je sais que je ne suis pas très clair mais en bref, pour des raisons indépendantes de ma volonté, ce livre n'a pas bénéficié de ma totale attention ( je dirais même plus )...
Je n'avais même qu'une hâte : que cette semaine se termine et le livre avec.
Et cela n'avait rien à voir avec la qualité du livre.
J'en suis absolument désolée mais c'est ainsi...
Ce n'est pas le livre idéal à lire quand votre esprit est obnubilé par des inquiétudes latentes et un manque flagrant de sommeil...
 Bref, je ne saurais trop vous conseiller d'avoir lire les autres avis si vous voulez vous faire une idée plus précise.

Je ne retiendrais de ce livre que les mondanités et la bourgeoisie anglaise.
Que Mrs Dalloway n'est pas un personnage très sympathique et qu'elle prend son petit déjeuner au lit tout les jours...
Je vous l'accorde : c'est un peu court.
Je serais bien incapable de vous dire si j'ai aimé ce livre ou pas mais il me faut bien l'avouer, j'ai dû me forcer à le finir.
Les seuls passages qui m'ont vraiment ému, ce sont les passages avec Septimus et sa folie naissante. Cet homme qui après la guerre est détruit, ravagé est vraiment bouleversant.
Mais le reste du livre ne m'a fait ni chaud, ni froid. Mais pour des raisons, et je le redis encore une fois, totalement indépendante de la qualité du livre qui ne fait aucun doute...
J'ai bien conscience que mon billet est infiniment confus mais il est à l'image de la semaine que j 'ai passé.
Voilà !
Je suis absolument navrée que ce billet soit si décousu mais voilà, c'est comme ça.
Bien sûr, je ne m'arrêterais pas sur une, si malheureuse rencontre, avec cet auteur.
"Une chambre à soi" me tente beaucoup ainsi que "les vagues"...
Mais pas tout de suite.

Ce livre faisait partie du challenge Virginia Woolf mais pour moi, ça ne compte pas vraiment, vue l'échec de cette lecture.

woolf1.jpg

J'ai, bien sûr, relevé quelques magnifiques passages (oui, tout de même), le billet suivra aujourd'hui ou demain.
Voilà qui prouve encore une fois que toutes nos lectures ont une histoire.
Je vous embrasse.
Repost 0
l'or des chambres - dans Littérature
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 17:39

Fleurs printanières

Parce que, on l'attendait tous et toutes...
Parce qu'il est là aujourd'hui...
Parce que, même si, pour l'instant,
il est surtout dans le calendrier...
Parce que, on rêve de chaleur, de soleil et de l'odeur du printemps...

Le Printemps
 

Après tout ce blanc vient le vert,
Le printemps vient après l’hiver.
Après le grand froid le soleil,

Après la neige vient le nid ,
Après le noir vient le réveil,
L’ histoire n’est jamais finie.

Après tout ce blanc vient le vert,
Le printemps vient après l’hiver,
Et après la pluie le beau temps.
 

                   Claude Roy


Rondeau de printemps

Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s’est vêtu de broderie,
De soleil luisant, clair et beau.

Il n’y a bête ni oiseau
Qu’en son jargon ne chante ou crie :
Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie.

Rivière, fontaine et ruisseau
Portent en livrée jolie
Gouttes d’argent, d’orfèvrerie;
Chacun s’habille de nouveau:
Le temps a laissé son manteau
.
 

René Charles d’Orléans (1391-1465) – Rondeaux


Mésange bleue

 

Si la soirée est douce,

Et si la soirée est douce, nous irons mettre les chaises sur la terrasse.
Les heures s'annonceront belles et joyeuses
Les femmes ressortiront les jupes soyeuses du placard
et mettront du rose aux joues
Nos amis arriveront en retard, comme d'habitude
Mais ils seront joyeux comme du champagne glaçé

Si la soirée est douce, nous allumerons des bougies
Nous ferons une salade de fruits, avec du melon, des cerises
Nous nous mettrons pieds nus 
et goûteront la fraîcheur de l'herbe
Nous lèverons la tête pour admirer les étoiles
Nous oublierons l'hiver 

Nous mettrons de la musique qui bouge
et nous ouvrirons, toutes grandes, les portes fenêtres
Les rires monteront dans la nuit
La terrasse prendra une somptueuse couleur orangée
lorsque le soleil se couchera

Et les enfants, danseront,
sous la lune pleine,
dans le jardin humide.
Leurs voix joyeuses chanteront
le retour du printemps....
le retour du printemps...

L'or des chambres

Arbre 14


Bon week-end !

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de l'or
  • Le blog de l'or
  • : Je suis une jeune femme passionnée de littérature... Mon blog sera surtout un concentré de ma plus grande passion : la lecture... Il y aura aussi quelques touches de peintures, de cinéma, de musiques et un peu de ma vie aussi... L'Or des Chambres pour un hommage à la très grande Françoise Lefèvre dont j'emprunte le titre d'un de ses livres.
  • Contact

Lectures (et défis) en cours

" Le bon critique est celui qui raconte les aventures de son âme au milieu des chefs-d'oeuvre" Anatole France, phrase lue chez l'Irrégulière 

 

Wikio - Top des blogs - Littérature  

      

 Découvrez Hellocoton      

 

 I ♥ mon libraire

 Gaëlle la libraire     

 

Meuse l'oubli

Meuse l'oubli 

 

Nos vies désaccordées

Nos vies désaccordées

 

Ariel

Ariel de Sylvia Plath       

 

Le Docteur Jivago

Le docteur Jivago pour "Un hiver en Russie" (jusqu'au 21 mars) avec Touloulou   

 

Ernest et Célestine - Le roman d'Ernest et Célestine  

Le roman d'Ernest et Célestine dont je fais la lecture à PetitDernier tous les soirs 

 

Par ici, c'est chaque jour une nouvelle photo de Doisneau, Atelier Robert Doisneau

 

Par là, le Bonheur du jour 

Recherche

J'aimerais lire très bientôt...

 

Rose-Aimée - Rose-Aimée, T1

Rose Aimée T1

 

Shutter island

Shutter Island

 

L'arbre du père

L'arbre du père    

 

Les ignorants

Les ignorants 

Archives

Lectures communes

Les mains nues

Les mains nues de Simonetta Greggio avec Laure

Pour le 27 mai

 

 

Le Seigneur des anneaux - Le Seigneur des anneaux, T2 

Le seigneur des anneaux tome 2, les deux tours

Décembre avec Za et Malou 

 

Villa Amalia

Villa Amalia

avec George

 

Une adoration

Une adoration

avec George

 

 

 

Derniers coups de coeur

Sous la glace

Sous la glace

 

 

Les femmes du braconnier

 

La terre fredonne en si bémol

 

Cent ans

 

Le canapé rouge

 

Les insurrections singulières

     

Fugue 

  

Garden of love

 

Jours de juin

 

Le coeur cousu

 

Julius Winsome

 

  Le reste est silence

 

 Le treizième conte

 

Mademoiselle Chambon

Billets à venir

Twilight - Twilight, T4

Twilight T4

 

Twilight - Twilight, T3

Twilight T3

 

Twilight - Twilight, T2

Twilight T2

 

Twilight - Twilight, T1

Twilight T1

 

La fois où je suis devenu écrivain

Là fois où je suis devenu écrivain

 

Un temps fou

Un temps fou

 

Sac d'os

Sac d'os

 

L'enlèvement

L'enlèvement

 

Cette nuit-là

Cette nuit là

 

Hunger Games - Hunger Games, T3

Hunger games T3

 

Les demeurées

Les demeurées

 

Hunger Games - Hunger Games, T2

Hunger games T2

 

Eux sur la photo

Eux sur la photo

 

Habibi

Habibi (BD)

 

Paradise

Paradise

 

Les trois lumières

Les trois lumières

 

Thérapie

Thérapie

 

Orgueil et préjugés

 

Hunger Games - Hunger Games, T1

Hunger Games

 

Le Seigneur des anneaux - Le Seigneur des anneaux, T1

Le seigneur des anneaux T1

 

La reine des délices

La reine des délices

 

Fais-moi peur

Fais moi peur

 

Sous la glace

Sous la glace

 

Eloge de la faiblesse

Eloge de la faiblesse

 

Winter

Winter

 

Je ne suis pas celle que je suis

Je ne suis pas celle que je suis

 

Chienne de vie

Chienne de vie

 

La vieille anglaise et le continent

La vieille Anglaise et le continent

 

Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T3

Le sommet des Dieux, tome 3

 

Sobibor

Sobibor

 

Les oreilles de Buster

les oreilles de Buster

 

 New York, journal d'un cycle

New York, journal d'un cycle

 

Le premier été 

Le premier été

 

 Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T2

Le sommet des dieux T2

 

L'odeur du figuier, un parfum de délicieuse mélancolie

L'odeur du figuier

 

0.4

0.4

 

Les collines du tigre

Les collines du tigre

 

Miel et vin

Miel et vin

 

Un certain vertige

 

Le blues des Grands Lacs

Le blues des grands lacs

 

Quinze kilomètres trois

Quinze kilomètres trois

 

Le sommet des dieux - Le sommet des dieux, T1

Le sommet des dieux T1

 

L'échappée belle

L'échappée belle

 

  Les années douces - Les années douces, T2

Les années douces T2

 

Le caveau de famille

Le caveau de famille

 

Le mec de la tombe d'à côté

Le mec de la tombe d'à côté

 

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

 

Rosa Candida

Rosa Candida

 

Azilis l'épée de la liberté

Azilis l'épée de la liberté

 

Ouragan

Ouragan

 

Les tendres plaintes

Les tendres plaintes     

Challenges 2013

tour-du-monde-1

Le tour du monde en 8 ans

 

Challenge Irlande : illimité !!

 

Fin : 31 Juillet 2013

 

objectif-pal-001[1]

Objectif PAL Noire by L'Or et George ; illimité

 

http://img15.hostingpics.net/pics/279733ILEDESERTE2.jpg

Fin : 01 Août 2013 (ou plus)

 

   

Fin : 30 septembre 2013

 

Fin : 30 juin 2013

 

Il viaggio

Fin : 31 Octobre 2013

 

Fin : Décembre 2013 (prolongation) 

 

Challenge littéraire

Repris par Anne 

Fin 31 décembre 2013     

 

Liste des participants

Fin : novembre 2013  

 

challenge gilmore girls 2013

Repris par Touloulou

Date de fin : 08 octobre 2014 

 

challengeQuatreSaisons    

Prolongation jusqu'au 21 décembre 2013

 

dc3a9fi_scandinavie_blanche

            3/5 Ici et  et

Fin : 31 décembre 2013 Repris par Lystig 

 

Fin : 28 Juillet 2013

 

logonaturewriting1 

-/5

Fin : décembre 2012 (Folfaerie m'a donné une prolongation pour cette année, merci à elle !!)

 

  Challenge Colette

-/3

Fin : 23 Septembre 2013 (Prolongation) 

 

Ici, et là 

3/3

Fin : 21 Juin 2013

 

Femmes du mondel ogo  

Cent ans Wassmo

La terre fredonne en si bémo l- Strachan

Les femmes du braconnier - Pujade Renaud

Fin : décembre 2012 (renouvelable)    

 

2/10 Re-Prolongation du challenge :

Fin : 05 avril 2014  

 

Prolongation du challenge

Fin : 30 septembre 2013    

Index auteurs


Agus Milena - Battement d'ailes

Ahern Cecelia - Un cadeau du ciel

Beckett Bernard - Genesis

Benameur Jeanne - Les insurrections singulières

Bertholon Delphine - L'effet Larsen

Brisac Geneviève - 52 ou la seconde vie

Cabasson Armand - La reine des mots

 Calvetti Paola -L'amour secret

Chabrol Caroline - Sous les cahiers, la mort

Cohen Welgryn Myriam - Mères - Myriam Cohen Welgryn
Constantine Barbara - A mélie, sans mélo

Delaflotte Mehdevi Anne - Fugue

Dickens Charles - Un chant de Noël
Divakaruni Chitra Banerjee -Ma soeur, mon amour

Donovan Gérard -Julius Winsome

Estibal Sylvain - Le dernier vol de Lancaster
Ferney Alice - Paradis conjugal
Giraudeau Bernard - Cher amour

Girerd Jacques Rémy, Benoît Chieux - L'enfant au grelot  (album enfant)
Glass Julia - Jours de juin

Guelfenbein Carla - Le reste est silence

Haasse Hella S. -La source cachée
Hannah Kristin - La magie du bonheur

Henrichs Bertina -La joueuse d'échecs 

Herry Jeanne - 80 étés

Hobbie Holly - Juste à temps pour Noël - Holly Hobbie (album enfant) 
Holder Eric - Mademoiselle Chambon

Kamimura Kazuo - Lorsque nous vivions ensemble 1
Kamimura Kazuo - Lorsque nous vivions ensemble 2

Kingsolver Barbara - Un été prodigue

Kortepeter Paul et Susan Wheeler - Youpi, pas d'école  (album enfant)
Lemoine Annie - Les heures chaudes

Lethielleux Maud - Dis oui, Ninon
Levraud Murielle - Le soir autour des maisons 

Malte Marcus - Garden of love

Martinez Carole - Le coeur cousu

Matheson Richard - Je suis une légende

Mazurel Claire et Marie H. Henry - Demain c'est Noël (album enfant)
Mégnin Jean-Philippe - La voie marion

Meyer Stephenie - Les âmes vagabondes

Miller Rebecca - Les vies privées de Pippa Lee 

Moning Karen Marie - Fièvre noire

Mosse Kate - Les fantômes d'hiver

Picasso Marina - Grand-père
Rice Luanne - Les carillons du bonheur
Ryan Carrie -La forêt des damnés

Sampioro Dominique - La petite présence
Scholes Katherine - Les amants de la terre sauvage

Setterfield Diane - Le treizième conte
Sigurdardottir Steinnunn - Le Cheval Soleil
Tardieu Laurence - Comme un père

Vann David - Sukkwan Island   
Vigan Delphine De - No et moi

Woolf Virginia - Mrs Dalloway